Manifestation des avocats contre la reforme Belloubet © Tim Douet

Lyon : 500 avocats manifestent contre la réforme de la justice

Plusieurs centaines d'avocats ont manifesté à Lyon ce mercredi contre la réforme de la justice de Nicole Belloubet examinée en ce moment par l'Assemblée nationale.

“Justice pour les riches, rien pour les pauvres”, “La justice n'est pas une start-up”, “On veut des juges pas des robots”. Pancartes en main, demi-masques sur la tête, les avocats, accompagnés de quelques magistrats, ont manifesté à Lyon ce mercredi contre la réforme de la justice du gouvernement. Scandant des “Belloubet t'es foutue, les robes noires sont dans la rue”, les 500 avocats sont partis du TGI puis on fait un tour de la préfecture, ne respectant pas le trajet initial qui devait s'achever rue Dunoir. Ils étaient accompagnés de quelques magistrats solidaires du mouvement. Une manifestation assez inédite par son ampleur à Lyon, confie un magistrat honoraire présent dans le cortège : “En 42 ans de carrière je n'ai jamais vu ça”.

Depuis un an maintenant, les professionnels de la justice critiquent le projet de réforme de la justice, prévu par Nicole Belloubet, actuellement examiné à l'Assemblée nationale. Les avocats regrettent que toutes leurs propositions aient été retirées du projet par le gouvernement et s'inquiète entre autres “de la suppression des tribunaux d'instance, de la spécialisation des tribunaux à l'intérieur d'un, voire deux départements, préfigurant une désertification judiciaire, du recours à des procédures sans audience même si l'une des parties le demande, de la régression de la collégialité au civil, au pénal et en appel, du recours à des plateformes de "médiation" non agrémentées”. Ce mercredi en plus de leur mouvement dans la rue, des avocats font une grève du zèle pour les comparutions immédiates en appliquant à la lettre les différentes loi et circulaire dans le but de faire traîner les procédures. Ce midi, le bâtonnier et des représentants des avocats ont aussi été reçus à la préfecture.

Réforme judiciaire  : le bâtonnier de Lyon dénonce la “méthode Macron”

à lire également
Ralentie en début d’année par le mouvement des avocats contre la réforme des retraites, l’institution judiciaire a été paralysée près de deux mois par les mesures de confinement. Malgré une reprise progressive de l'activité au tribunal depuis le 11 mai, un important retard dans les dossiers s’est accumulé. Au pénal, pendant cette période, seules les urgences sont traitées, en comparutions immédiates. Urgences vitales pour les femmes battues, alors que les affaires de violences conjugales se succèdent tous les après-midi.
Faire défiler vers le haut