Palais de justice de Lyon

Lyon 3e : il voulait séquestrer son ex-compagne

Un homme de 25 ans, sorti de prison à l'automne, a agressé son ex-compagne dans un garage. Il a été placé en détention.

Mercredi, dans le garage d'un immeuble de la rue du Pensionnat, Lyon 3e, il attendait sa victime. Cet homme de 26 ans guettait son ex-compagne, 25 ans, avec un cutter et des liens en plastique, raconte Le Progrès. Ce sont les cris de cette dernière qui l'ont sauvée, les voisins appelant la police.

L'équipage sur place découvre un homme qui se veut rassurant, prétextant une simple dispute. La jeune femme, elle, murmure qu'il voulait la tuer.

Condamné pour l'avoir brûlée au fer à repasser

L'homme est interpellé, se débat, blesse un policier. Dans sa chaussette, on retrouve un cutter. La jeune femme raconte qu'il l'a traînée dans le garage et qu'il voulait la ligoter. Ce que l'agresseur reconnaîtra.

Une issue tragique à une histoire d'amour courte et violente. Ils avaient en effet vécu ensemble quatre mois dans le Sud de la France, avant que l'homme, qui traçait au marqueur sur la peau de sa dulcinée les mots "à moi" pendant son sommeil, ne la viole et la brûle avec une cigarette et un fer à repasser. Pour ces faits, il a été condamné à deux ans de prison ferme.

15 000 messages

Il a été libéré de la prison de Grasse en octobre dernier, et n'a eu de cesse de tenter de retrouver sa victime, lui envoyant plus de 15000 messages plus ou moins menaçants. Arrivé mardi de Marseille, il a raconté aux policiers s'être grimé pour acheter de l'adhésif et des liens en plastique, avec la claire intention de séquestrer son ex-compagne.

Le tribunal correctionnel, qui l'entendait en comparution immédiate, a ordonné une expertise psychiatrique et son maintien en détention.

à lire également
En marge de la victoire de l'Algérie lors de la Coupe d'Afrique des Nations, des pillages avaient eu lieu dans certains commerces à Lyon. Un individu a été retrouvé grâce à une casquette laissée sur place. 
1 commentaire
  1. Kasneh - 13 mars 2016

    une expertise psychiatrique et son maintien en détention. C'est le minimum.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut