Le maire de Saint-Étienne veut promouvoir les travaux d'intérêt général

Dans le cadre de la réforme pénale du gouvernement, Gaël Perdriau, le maire de Saint-Étienne a utilisé l’exemple de sa ville pour promouvoir de l’utilité pour la justice et la société des travaux d'intérêt général.

Gaël Perdriau, le maire de Saint-Étienne a été auditionné par Didier Paris, le député de la Côte d’Or dans le cadre de la production d’un rapport visant à promouvoir les travaux d’intérêt général à l’échelle nationale. M.Perdriau a mis en avant l'exemple stéphanois pour mettre en avant les TIG. “À Saint-Étienne, nous n’avons pas attendu que le gouvernement s’intéresse à la question des travaux d’intérêt général puisque nous les avons mis en place dès 2015. Depuis, nous avons accueilli en mairie plus de 200 personnes pour près de 20.000 heures effectuées”, a-t-il déclaré.

L'utilisation des TIG comme peine alternative va faire partie de la réforme pénale présentée par le gouvernement. Pour suivre le déploiement de ce dispositif, une agence nationale du travail d’intérêt général et de l’insertion professionnelle a été créée. “J’espère que cette agence nationale œuvrera dans le sens de l’objectif ultime de toute politique judiciaire, c’est-à-dire la réussite de la réinsertion dans la société”, a conclu Gaël Perdriau.

à lire également
Serge Deygas, bâtonnier du barreau de Lyon © Antoine Merlet
Entré en fonctions le 1er janvier avec sa vice-bâtonnière, Joëlle Forest-Chalvin, le successeur de Farid Hamel débute son mandat par un important mouvement social. Comme dans le reste du pays, les avocats du barreau de Lyon sont mobilisés depuis le début de l’année dans une retentissante grève contre la réforme de leur caisse de retraite. Ils ont perturbé la rentrée solennelle de la cour d’appel, boudée par Serge Deygas, et retardé la tenue du procès Preynat, pour signifier leur opposition à une refonte qui les verrait perdre leur indépendance, cotiser plus pour toucher moins à la retraite.
Faire défiler vers le haut