Comptes en Suisse et à Singapour : Jérôme Cahuzac "dévasté par le remords"

L’ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac a pris rendez-vous avec ses juges pour reconnaître, contrairement à ce qu'il a toujours soutenu, qu’il possédait bien un compte en Suisse. Information qu'il a également confirmée sur son blog dans l'après-midi. L’ancien ministre serait en ce moment même entendu au pôle financier du tribunal de grande instance de Paris, selon nos confrères du Canard enchaîné.

Mis à jour 18h35

Jérôme Cahuzac a confirmé sur son blog ce mardi 2 avril détenir un compte en Suisse depuis une vingtaine d'années :

"Par lettre du 26 mars 2013, j’ai demandé à Messieurs les juges d’instruction Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke de bien vouloir me recevoir afin que, délivré des obligations de ma fonction, je puisse enfin donner les explications qui s’imposent au regard de la détention à l’étranger d’un compte bancaire dont je suis le bénéficiaire depuis une vingtaine d’années.

J’ai rencontré les deux juges aujourd’hui. Je leur ai confirmé l’existence de ce compte et je les ai informés de ce que j’avais d’ores et déjà donné les instructions nécessaires pour que l’intégralité des actifs déposés sur ce compte, qui n’a pas été abondé depuis une douzaine d’années, soit environ 600.000 €, soient rapatriés sur mon compte bancaire à Paris.

A Monsieur le Président de la République, au Premier Ministre, à mes anciens collègues du gouvernement, je demande pardon du dommage que je leur ai causé. A mes collègues parlementaires, à mes électeurs, aux Françaises et aux Français j’exprime mes sincères et plus profonds regrets. Je pense aussi à mes collaborateurs, à mes amis et à ma famille que j’ai tant déçus.

J’ai mené une lutte intérieure taraudante pour tenter de résoudre le conflit entre le devoir de vérité auquel j’ai manqué et le souci de remplir les missions qui m’ont été confiées et notamment la dernière que je n’ai pu mener à bien. J’ai été pris dans une spirale du mensonge et m’y suis fourvoyé. Je suis dévasté par le remords.

Penser que je pourrais éviter d’affronter un passé que je voulais considérer comme révolu était une faute inqualifiable. J’affronterai désormais cette réalité en toute transparence."

Nos confrères du Canard enchaîné évoquaient déjà une rencontre entre, l’avocat de Jérôme Cahuzac, Jean Veil, et le juge Renaud Van Ruymbeke le 27 mars pour lui faire part de la décision de son client de “passer aux aveux”. Un témoin auditionné pendant l’enquête préliminaire de police a également indiqué que les sommes versées sur ce supposé compte proviendraient de laboratoires pharmaceutiques, a rapporté le parquet de Paris, comme nous l’avions nous-même évoqué ici.

Une information judiciaire contre X visant l’ancien ministre du Budget avait été ouverte pour blanchiment de fraude fiscale, mais aussi perception par un membre d’une profession médicale d’avantages procurés par une entreprise dont les services ou les produits sont pris en charge par la Sécurité sociale, blanchiment et recel de ce délit.

Ce mardi après-midi, Jérôme Cahuzac a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale.

Dans un communiqué, l'Elysée a réagi fermement après ces aveux : "Le président de la République prend acte avec grande sévérité des aveux de Jérôme Cahuzac devant les juges d'instruction concernant la détention d'un compte bancaire à l'étranger. C'est désormais à la Justice d'en tirer les conséquences en toute indépendance. En niant l'existence de ce compte devant les plus hautes autorités du pays ainsi que devant la représentation nationale, il a commis une impardonnable faute morale. Pour un responsable politique, deux vertus s'imposent : l'exemplarité et la vérité."

17 commentaires
  1. sellamih - 2 avril 2013

    Il faut rester prudent, mais si c'est vrai ... Je ne peux même pas trouver les mots pour exprimer la nausée que je ressens. Cela étant, il convient de relever immédiatement plusieurs choses : 1 s'il prétend qu'il avait, il ment encore, il joue encore avec les mots. Il a transféré ou fermé ses comptes quand il a su que Médiapart allait sortir l'affaire, et c'est tout récent. Il a peut-être encore des comptes ailleurs.

  2. sellamih - 2 avril 2013

    2 il a menti dans l'enceinte de l'assemblée nationale, en regardant la caméra, les citoyens, dans les yeux. Quelles sanctions pénales ? Il a menti maintes fois à la télé, à la radio, en regardant les téléspectateurs, les citoyens, dans les yeux. Quelles sanctions pour lui, et pour les laquais qui faisaient office de journalistes mais ne lui posaient aucune question gênante, par exemple concernant ses mensonges sur son voyage en Suisse ?

  3. sellamih - 2 avril 2013

    3 il n'est pas le seul à avoir menti. Hollande a menti, Moscovici a menti, Cazeneuve a menti, Bartolone a menti, j'en passe et des pires. Quelles sanctions contre ceux-là ? Ils doivent démissionner, partir, mais ils doivent être démissionnés avec des poursuites judiciaires aux fesses. Eux aussi doivent rendre des comptes en justice. 4 quelles sanctions contre les Apathie et autres valets que l'on fait passer pour de grands journalistes ? Car, là aussi, il doit y avoir de vraies sanctions.

  4. Etienne Bost - 2 avril 2013

    Ce mensonge devrait nous alerter sur ceux proférés par d'autres ministres comme par exemple : ' Nous n'avons jamais voulu, et nous ne voudrons jamais la PMA et GPA pour tous...'; 'nous n'accepterons pas la marchandisation des corps pour satisfaire les désirs de parentalité', etc. (Il faut bien entendre le contraire évidemment).

  5. sellamih - 2 avril 2013

    5 il serait intolérable que l'on nous fasse un coup du genre : il avoue et, en échange, on lui pardonne et on ne le condamne pas. Il doit être lourdement condamné, si tout cela est vrai. Il doit faire de la prison. Et il doit rendre l'argent qu'il a obtenu illégalement. 6 cette affaire n'est que la partie émergée d'un iceberg, et c'est peut-être pourquoi ce type avoue : il s'agit d'éviter qu'une enquête n'aille plus loin et ne mette en cause tout un système et tout un tas de gens.

  6. sellamih - 2 avril 2013

    Eh bien, non ! L'enquête doit continuer. Il faut que tout le système soit mis au jour, il faut que tous les corrompus soient démasqués, il faut que l'on en sache plus sur ces financements par la voie des labos, mais aussi par d'autres voies et d'autres circuits. Cahuzac ne doit pas être l'arbre qui sauve la forêt en avouant à demi, en n'avouant que des demi-vérités et en continuant à nous servir au mieux des demi-mensonges, au pire des mensonges écoeurants.

  7. sellamih - 2 avril 2013

    7 il faut engager aussi la responsabilité de ces agences de communication aux agissements troubles, et s'en débarrasser; en tout cas, les expulser des cabinets ministériels, des bureaux gouvernementaux ou parlementaires etc 8 il faut éclaircir ce qui s'est vraiment passé entre Cahuzac et Woerth, que Cahuzac a fait blanchir au moyen d'un rapport douteux (au passage, monsieur Terneyre aussi doit s'expliquer et répondre en justice)

  8. sellamih - 2 avril 2013

    (je rappelle que monsieur Terneyre est l'auteur d'un rapport douteux sur l'hippodrome de Compiègne). 9 il faut que l'on sache précisément dans quelles conditions le gouvernement français a obtenu de la Suisse un document bidon que ledit gouvernement français s'est empressé de faire passer pour la preuve que Cahuzac était innocent 10 cette affaire ne doit pas être brusquement enterrée au motif que monsieur Cahuzac aurait avoué

  9. sellamih - 2 avril 2013

    Du reste, Cahuzac a-t-il bien tout avoué, ou fait-il semblant afin de garder secret l'essentiel ou le plus grave ? 11 il est temps que les citoyens de ce pays se réveillent. Certains politiques réclament une opération mains propres, la question est posée. Elle devrait viser non seulement les politiques, les parlementaires etc, mais aussi la presse, les syndicats, d'autres secteurs encore.

  10. sellamih - 2 avril 2013

    Dernier point : Cahuzac n'est pas le seul à avoir menti devant l'assemblée nationale. Moi, j'ai dit, depuis longtemps, que Bernard Thibault et la délégation cgt ont menti devant la commission d'enquête parlementaire sur le financement des syndicats (par laquelle j'ai aussi été entendu). Cela fait 11 ans que je me bats pour que les citoyens sachent ce qui se passe dans les syndicats, singulièrement à la cgt; et je peux répéter ici que Cahuzac n'est pas le seul ...

  11. lyonnais - 2 avril 2013

    Le président François Hollande le savait donc destitution du président Français, Monsieur François Hollande !

  12. guignol69 - 2 avril 2013

    RAPPEL pour LES UMPSLe 24 février 2010, il est choisi pour prendre la présidence de la Commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire, en remplacement de Didier Migaud, nommé premier président de la Cour des comptes par Nicolas Sarkozy[11].Pas du tout BIZARRE ce silence a droite ....LA FRANCE PROGRESSE DANS LE CLASSEMENT INTERNATIONAL DE LA CORRUPTION

  13. Tom Hacini - 2 avril 2013

    Et voilà que les anti-parlementaristes et autres anti-gauchistes vont s'en donner à coeur joie. Souhaitons que les médias, juges et autres autorités ne se fourvoient pas à donner crédit à toutes les dénonciations calomnieuses qui vont déferler ces prochains jours.

  14. PERHAPS - 3 avril 2013

    Mme TOMASSINI-JLT qui s'est toujours confondue avec ces beauxbeaux là semble bien protectrice pour ceux de sa tribu fraternelle qui lui ressemblent comme deux gouttes d'eau - il faut dire que, comme celui qui vient de se faire prendre le doigt dans la confiture, elle risque gros si Médiapart s'occupait de ses casseroles

  15. gegejv - 3 avril 2013

    Mr cahuzac a avoué pense t il que faute avoué et deja a moitié pardonné, toujours ces memes donneurs de leçon se sentent au dessus des lois et ne pensent qu'a leurs privileges pour s'attaquer aux petites gens qui eux n'ont pas les moyens de retorquer et de se revolter,pour une erreur de bonne foi de 300€le fisc a bloqué mes comptes.je ne crois pas que mr Cahuzac lui soit inquiété.il va surement toucher sa retraite de Ministre.Mrhollande si vous n'etes pas un menteur vous etes un gros naif

  16. PERHAPS - 3 avril 2013

    ses aveux ? parce que acculé :'Des perquisitions menées dans les locaux de la banque UBS et ceux de la société Reyl et Cie ont permis d’établir l’existence d’un compte bancaire non déclaré de Jérôme Cahuzac en Suisse, rapporte mercredi 3 avril Le Temps.../..

  17. PERHAPS - 3 avril 2013

    ../..suiteDans le cadre de cette procédure, une perquisition a été menée à la banque UBS et à la banque privée Reyl et Cie, citée dans l’enquête sur le compte du ministre.« Nous avons trouvé ce que nous cherchions », affirme au Temps le procureur de Genève. « Les banques ont coopéré, elles ne sont pas incriminées, puisqu’elles n’ont finalement rien fait de pénalement répréhensible », poursuit Bernard Schmid. « Elles ont répondu à nos demandes. » Le quotidien suisse précise que ces informations ont déjà été transmises aux avocats de l’ancien ministre du budget français. Elles seraient à l’origine de son changement de stratégie et de ses aveux publics.

  18. PERHAPS - 3 avril 2013

    encore un effort, et bientôt ce sera lui la victime ! comme Mme TOMASSINI, la pôv !

  19. sellamih - 3 avril 2013

    Effectivement, on sait maintenant que Cahuzac a avoué parce qu'il a été prévenu que les enquêteurs avaient perquisitionné et détenaient la preuve de ses comptes. Cahuzac a avoué quand il n'a plus pu faire autrement, ses mensonges allaient être révélés dans les heures suivantes. Et il vient nous parler de remords ? Tartufe. Le pire est qu'il ment encore. Il ressemble à Lance Armstrong : avouer le moins pour ne pas avouer le plus. Ignoble Lance Cahuzac, symbole d'une classe politique moisie.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut