Benedetti Gabriac

Benedetti et Gabriac n’iront pas en prison

Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac ont écopé hier de simples jours-amendes pour avoir maintenu les activités de leurs groupuscules d’extrême droite en dépit de leur dissolution.

Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac ont été condamnés ce mercredi 4 juillet à des jours-amendes par le TGI de Lyon. Il leur était reproché d’avoir maintenu les activités de leurs groupuscules d’extrême droite, les Jeunesses nationalistes et l’Oeuvre française, malgré la dissolution décrétée suite à la mort du militant d’extrême gauche Clément Méric, en 2013. Les deux groupuscules étaient connus pour leurs actions violentes et leurs rixes régulières avec les militants antifascistes lyonnais.

Les sanctions prises à l’encontre des militants d’extrême droite sont cependant bien plus légères que ce qu’avait demandé le Parquet, à savoir six mois de prison avec sursis et 15 000 euros d’amende chacun. En effet, Yvan Benedetti, fondateur de l’Oeuvre française, a été condamné à 80 jours amende à 50 euros tandis que Alexandre Gabriac, ancien leader des Jeunesses nationalistes, a écopé de 30 jours amende à 50 euros.

Les militants d’extrême droit se sont depuis reconvertis, Alexandre Gabriac chez les catholiques intégristes de Civitas, et Yvan Benedetti comme porte-parole du Parti nationaliste français.

à lire également
Le tribunal correctionnel de Lyon a rendu sa décision : l'un des leaders du groupuscule d'extrême droite, Steven Bissuel, est condamné à 20 000 euros d'amende pour "provocation à la haine raciale et à la violence en raison d’une origine ethnique, en état de récidive légale".  En janvier 2015, il publiait sur les pages Facebook et Twitter du GUD le dessin d'une fausse publicité Oasis avec des fruits marqués d'une étoile jaune pour les 70 ans du camp de concentration d'Auschwitz.  
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut