Benedetti Gabriac

Benedetti et Gabriac n’iront pas en prison

Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac ont écopé hier de simples jours-amendes pour avoir maintenu les activités de leurs groupuscules d’extrême droite en dépit de leur dissolution.

Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac ont été condamnés ce mercredi 4 juillet à des jours-amendes par le TGI de Lyon. Il leur était reproché d’avoir maintenu les activités de leurs groupuscules d’extrême droite, les Jeunesses nationalistes et l’Oeuvre française, malgré la dissolution décrétée suite à la mort du militant d’extrême gauche Clément Méric, en 2013. Les deux groupuscules étaient connus pour leurs actions violentes et leurs rixes régulières avec les militants antifascistes lyonnais.

Les sanctions prises à l’encontre des militants d’extrême droite sont cependant bien plus légères que ce qu’avait demandé le Parquet, à savoir six mois de prison avec sursis et 15 000 euros d’amende chacun. En effet, Yvan Benedetti, fondateur de l’Oeuvre française, a été condamné à 80 jours amende à 50 euros tandis que Alexandre Gabriac, ancien leader des Jeunesses nationalistes, a écopé de 30 jours amende à 50 euros.

Les militants d’extrême droit se sont depuis reconvertis, Alexandre Gabriac chez les catholiques intégristes de Civitas, et Yvan Benedetti comme porte-parole du Parti nationaliste français.

à lire également
Police Fourgon Tim
Un ex-policier a été jugé mardi pour avoir tagué ce lundi des slogans racistes, islamophobes et faisant référence à un groupuscule terroriste d’extrême droite sur le consulat d’Algérie de Lyon.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut