L’instruction de l’affaire Air Cocaïne s’achève en France

La juge d’instruction marseillaise, Christine Saunier-Ruellan vient d’annoncer que l’instruction de l’affaire Air Cocaïne est en cours d’achèvement en France. Les accusés espèrent une requalification des faits qui leur éviterait 30 ans de réclusion criminelle.

L’instruction de l’affaire Air Cocaïne est terminée selon la juge d’instruction marseillaise Christine Saunier-Ruellan. La juge a informé les avocats des 14 mis en examen le 19 avril dernier.

Désormais, sans demande d’investigation supplémentaire, le parquet de Marseille devrait rendre un réquisitoire définitif le 19 mai prochain, et prononcer une possible requalification des faits. Si cette requalification est prononcée, les mis en examens verraient leur peine de prison encourue largement diminuer.

Abandonner circonstance aggravante de “bande organisée”

En effet, l’instruction de l’affaire a été ouverte sous la qualification “d’importation de stupéfiants en bande organisée” et aurait dû être jugée devant une cour d’assises spéciales. La peine encourue dans ce type de cas est 30 ans de réclusion criminelle. Si le parquet de Marseille, après validation de la juge d’instruction, abandonne la circonstance aggravante de “bande organisée”, le procès se tiendrait devant le tribunal correctionnel. Peine maximale dans ce cas présent : 10 ans.

L’affaire Air Cocaïne, mettant en cause plusieurs personnes pour trafic de cocaïne à l’international avec les cartels mexicains, a connu de nombreux rebondissements. Le dernier en date, l’échec de l’appel de Christophe Naudin, accusé d’avoir fait évacuer illégalement les deux pilotes mis en cause dans l’affaire et condamné à 20 ans de prison en République Dominicaine.

Faire défiler vers le haut