Coups de feu à l’hôpital : il a eu “peur des hommes armés”

L’homme intercepté alors qu’il tentait de fuir à bord de sa voiture, lundi, à l’hôpital Édouard-Herriot, aurait déclaré ne pas avoir reconnu les policiers qui tentaient de le contrôler et avoir pris peur devant ces hommes en armes.

Lundi en milieu de journée, devant l'hôpital Edouard-Herriot, les policiers ouvraient le feu sur la voiture d'un homme qui tentait de fuir, renversant et blessant au passage deux fonctionnaires de police. Le conducteur du véhicule, âgé de 28 ans, avait été interpellé et une fillette de deux ans avait été retrouvée dans sa voiture.

D'après les premiers éléments de l'enquête, rapportés par Le Progrès, la femme du conducteur était venue consulter pour des violences sexuelles. On ignore si l'homme en est l'auteur, toujours est-il que sa présence dans l'enceinte de l'hôpital a été signalée par son épouse. Les policiers auraient alors voulu le contrôler.

C'est à ce moment que le suspect aurait tenté de se soustraire au contrôle en slalomant au volant de sa Smart dans les allées de l'hôpital, avant d'être intercepté. D'après le quotidien, le fuyard aurait déclaré ne pas avoir reconnu les policiers et avoir pris peur devant les hommes armés, ce que confirme une source policière. Il n'était pas titulaire du permis de conduire.

à lire également
Terre du premier cluster haut-savoyard infectieux de Covid-19, la région Auvergne-Rhône-Alpes a tout de suite réquisitionné les méninges de ses plus brillants cerveaux pour contrer la propagation du Coronavirus. À Lyon, des chercheurs académiques sont mobilisés, en lien direct avec le ministre de la Santé, sur des projets particulièrement ambitieux de recherche de traitements. En parallèle, l’écosystème local, adossé aux industriels de la santé publique, œuvre au développement de tests de dépistage et de vaccins.
Faire défiler vers le haut