Cardinal Philippe Barbarin
© Tim Douet

Barbarin : “La démission, pour moi, n’est pas une question d’actualité”

Visé par une plainte de victime du prêtre pédophile, le cardinal Barbarin a affirmé qu’il ne démissionnerait pas.

“Si je suis “occasion à scandales”, alors là on verra”

Actuellement visé par deux plaintes pour "non-dénonciation de crime" et "mise en danger de la vie d'autrui", déposées par des victimes du père Preynat, le cardinal Barbarin a déclaré qu'il ne démissionnerait pas, dans une interview accordée au journal Le Parisien. "La démission, pour moi, n'est pas une question d'actualité. Si je suis fautif, si je suis “occasion à scandales”, alors là on verra. La justice va faire son travail", a-t-il affirmé.

Questionné sur la non-dénonciation des faits, le primat des Gaules a réaffirmé avoir eu connaissance des faits en 2007. "En 2007, ce sont des bruits qui courent et ce sont des faits très anciens. Je n'ai vu personne à ce moment-là. Quand, en 1991, le prêtre a été déplacé dans une autre paroisse, je ne suis pas archevêque, je ne suis pas en responsabilités. Et à l'époque, il y a vingt-cinq ans, il ne faut pas oublier qu'on est aussi dans une autre mentalité par rapport à la pédophilie." S'il a pensé à prévenir les autorités judiciaires ? "Je n'y ai même pas pensé. Encore une fois, j'entends dire des choses sur le passé du prêtre, mais c'est tout", a-t-il confié à nos confrères.

Pour rappel, le prêtre Bernard Preynat a été mis en examen en janvier pour de nombreuses agressions sexuelles perpétrées durant les années 1970 à 1990 sur des scouts de la paroisse Saint-Luc. Des faits non dénoncés par l'Église lyonnaise, dont il est présumé qu'elle était au courant.

à lire également
Rodéos urbains, tirs de mortiers, nuisances sonores, violences... Face à la recrudescence des actes troublant l'ordre public et exaspérant une partie des Lyonnais - qui ont lancé une action collective contre le préfet du Rhône et la ville de Lyon - le procureur de la République de Lyon, Nicolas Jacquet, livre pour Lyon Capitale les mesures prises par le pouvoir judiciaire pour lutter contre l'insécurité et les incivilités.
1 commentaire
  1. kaoetic - 11 mars 2016

    A chaque déclaration ce cardinal ne fait qu'aggraver son cas ! S'il pense qu'il y a 25 ans la pédophilie n'était pas une question alors on peut légitimement s'interroger sur ses valeurs morales et investiguer sur son comportement personnel durant toute sa carrière au sein de l'église?! Une telle déclaration le discrédite une fois de plus . Il ferait bien de prendre du recul et le temps de méditer. Une abstinence médiatique lui ferait le plus grand bien ...

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut