Grenoble tribunal Martoia
© Sarah Perrussel

30 ans pour la “veuve noire de l’Isère”

La cour d’Assises de Grenoble a finalement reconnu Manuela Gonzalez coupable d’assassinat et de tentative d’assassinat de son ex-mari Daniel Cano. Elle est même allée au-delà des réquisitions du parquet, en la condamnant à 30 ans de réclusion ferme.

Le verdict va donc au-delà du réquisitoire de l'avocat général Pierre-Marie Cuny. Dans la matinée, ce dernier avait requis 25 ans de réclusion criminelle à l’encontre de celle qui a été surnommée la “veuve noire de l'Isère”. Pointant du doigt la méthode de défense de Manuela Gonzalez, il l’avait comparée à un "panneau de fumée" constitué de mensonges et d’incohérences : "Quand elle répond, elle botte en touche, elle dit qu’elle ne se souvient pas, invoque la pression des gendarmes lors des interrogatoires et soulève l’ineptie de certains témoignages." Son obstination à contester les faits ? "Désarmant", selon l'avocat général, tout comme son entêtement à vouloir "démonter les paroles des experts". "Il y a des éléments lourds, précis et concordants qui me permettent de vous demander d’entrer en voie de condamnation", avait-il conclu.

Le début d’une “saga judiciaire”

Maître Gallo, avocat de l’accusée, avait lui exhorté les jurés à "préférer la réalité à la rumeur" et sollicité l’acquittement de l’accusée pour manque de preuves à son égard. Il les a notamment harangués, ainsi que l’ensemble du public, en insistant sur le rôle joué par la médiatisation qui, selon lui, aurait créé un personnage de toutes pièces, à l’encontre de Mme Gonzalez, en lui imputant une série de qualificatifs contribuant à propager la rumeur – "veuve noire", "mante religieuse", "Barbe Bleue" – et à entraver sa présomption d’innocence.

Manuela Gonzalez a dix jours pour faire appel. Son avocat a déjà déclaré qu'il souhaitait un appel, et évoque même le début d'une "saga judiciaire" qui n'en est qu'à sa première étape.

à lire également
Palais de justice de Lyon © Tim Douet
L’homme soupçonné d’avoir provoqué feux de poubelles et de voitures le 24 mars au soir n’avait pas été entendue, les policiers redoutant qu’il ne soit atteint du coronavirus. Testé négatif, il doit être présenté au parquet ce 28 mars.
Faire défiler vers le haut