UNE TRAGEDIE CONTEMPORAINE

Cécile Raffin travaille sur la nouvelle production des élèves de l'ENSATT, Britannicus. L'œuvre de Racine, créée en 1669, la plus jouée à la Comédie-Française et passage obligé pour les lycéens, est une réflexion sur le pouvoir, les désirs contraints. On songe naturellement aux déchirements peoples des couples Nicolas-Cécilia et Ségolène-François.

Chaque année, les élèves produisent des spectacles, présentés au public, permettant de croiser les acquis et expériences des comédiens, auteurs, metteurs en scène, techniciens, costumiers, administrateurs de production formés à l'ENSATT.

C'est le metteur en scène et professeur de versification et d'art dramatique, Joseph Fioramante, qui a monté avec eux ce Britannicus : "Ce qui me motive dans mon travail de pédagogue, c'est d'accompagner, de donner confiance et de révéler de jeunes comédiens à eux-mêmes, permettant qu'ils se rencontrent à cet endroit-là de leur humanité naissante".
Philippe Chevrot

Britannicus. Jusqu'au 19 octobre à l'ENSATT, 4 rue Sœur Bouvier, Lyon 5. 0478150507

L'ENSATT
Nombre de grands comédiens ont été formé par l'Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre. Jean-Paul Belmondo, Jeanne Moreau, Francis Huster, Isabelle Huppert, André Dussollier, Jean-Hugues Anglade, Claudia Stavisky, parmi tant d'autres, fréquentèrent les cours de la Rue Blanche, à Paris. Cette grande école, équivalente de la Femis pour le cinéma, fut délocalisée à Lyon en 1997. Elle bénéficie de locaux sur les hauteurs de Fourvière et est en cours d'agrandissement avec la construction d'un second bâtiment qui accueillera un nouveau théâtre, des salles de classes et des lieux de répétition. L'ENSATT forme des artistes et des cadres du spectacle vivant et assure des formations pour les professionnels en activité. La greffe a particulièrement bien pris avec le tissu lyonnais puisque l'on peut voir souvent d'anciens élèves sur les scènes locales.
www.ensatt.fr

à lire également
Contes et légendes, de Joël Pommerat © Cie Louis Brouillard / L’Animal imaginaire, de Valère Novarina © Pascal Victor (montage LC)
Le TNP accueille cette semaine Joël Pommerat et Valère Novarina, deux maîtres de la scène hexagonale. Les projecteurs sont donc braqués sur Villeurbanne. Mais cela ne nous empêche pas de garder un œil sur les autres scènes de la métropole…
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut