Un-sacre© Christophe Raynaud de Lage-

"Un Sacre" aux Célestins : réparer les vivants…

Lorraine de Sagazan et Guillaume Poix ont rencontrées 365 personnes touchées par le deuil pour écrire cette pièce, au croisement du théâtre et de la danse.

Pour la petite histoire, le spectacle que présentera Lorraine de Sagazan au théâtre des Célestins, début mai, se nommait initialement La Réparation (c’est sous ce titre – provisoire – qu’il apparaît sur la plaquette de saison). En effet, la pièce a été conçue à partir de témoignages recueillis durant le confinement auprès de personnes endeuillées, frappées par la mort et la maladie de proches.

Tout commence d’ailleurs par le récit de Benjamin, l’un des neuf acteurs du spectacle, qui prend d’abord la parole en son nom, pour nous parler de sa grand-mère.

Elle était corse et, dans le village où elle vivait, exerçait cette singulière pratique aujourd’hui disparue : elle était “pleureuse”. C’est l’une des 365 personnes que Lorraine de Sagazan et Guillaume Poix ont rencontrées pendant un an pour écrire La Réparation, pièce devenue ensuite Un Sacre.

Mais quel que soit son titre, on brûle d’envie de découvrir ce spectacle, au croisement du théâtre et de la danse, tant la jeune metteuse en scène nous avait littéralement scotchés aux Nuits de Fourvière en 2017 avec son diptyque Démons de Lars Norén et Une maison de poupée de Henrik Ibsen.


Un Sacre – Du 3 au 7 mai aux Célestins


 

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut