Jacques Truphémus dans son atelier lyonnais, avec La Belle Servante, en 2013 © Stani Chaine
Jacques Truphémus dans son atelier lyonnais en 2013 © Stani Chaine
Article payant

Truphémus : au-delà de la vente aux enchères polémique

181 toiles du peintre lyonnais Jacques Truphémus, mort l’an dernier, seront dispersées aux enchères ce samedi, mises en vente par son neveu et seul héritier. L’occasion de rappeler que cet homme tranquille et discret n’a longtemps pas été considéré par le monde de l’art officiel.

Jacques Truphémus est mort en septembre 2017. Il était un peintre lumineux, simple, discret. Il a vécu toute sa vie à Lyon et ses étés au Vigan, dans les Cévennes. Son neveu et seul héritier vend 181 de ses toiles, de tous formats et de toutes inspirations (paysages, bistrots lyonnais, personnages, intérieurs, natures mortes). Plus de 5 000 visiteurs sont allés les voir à l’hôtel des ventes à l’occasion des récentes Journées du patrimoine.

“Seconde mort” ?

Il vous reste 77 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Natasha Krenbol, Straight up and down / Jim Dine, Blue Heart (montage LC)
Les émotions qui restent, la mémoire, le souvenir, l’histoire… Juste avant le printemps, notre sélection d’expositions à voir à Lyon se retourne, interroge. Et puis cède au merveilleux stéphanois.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut