(Trois) Enterrements de première classe

Western. Etats-Unis/France. 2h

Au Texas, le corps de Melquiades Estrada a été retrouvé en plein désert, enterré après son assassinat. Alors que les autorités refusent d'ouvrir l'enquête, Pete Perkins, son meilleur ami, se lance à la recherche du meurtrier, Mike Norton, un agent de la police des frontières. Puis le force à l'accompagner dans un périple au Mexique pour enterrer Melquiades chez lui, comme il le lui avait promis.

Doublement récompensé à Cannes en 2005 (prix du scénario et prix d'interprétation masculine), le coup d'essai de l'acteur Tommy Lee Jones frôla le coup de maître. La première heure du film, centrée sur l'assassinat de Melquiades, un ouvrier clandestin, doit beaucoup à un procédé narratif tout en flashbacks sans couture qui entrecroisent les destins des personnages et découpent le temps. La seconde est un pur road movie mené à deux à l'heure (car à dos de cheval) à travers les paysages arides du Texas et du Mexique. Pete Perkins (Tommy Lee Jones) s'y fait passeur, au sens mythologique du terme, à la recherche d'un eldorado, d'un Paradis, pour le cadavre de son ami assassiné. Pour Mike Norton (Barry Pepper), le meurtrier accidentel, il s'agit davantage d'un chemin de croix dont on ne sait s'il le mènera à la mort ou à la rédemption. Le film, au passage, décrit un Texas bouseux et recuit, rongé par l'ennui et la xénophobie, comme une miniature un peu forcée de l'Amérique. Portrait qui vire d'autant plus au manichéisme que, passé le Rio Grande, on découvre au Mexique un Paradis d'hommes bons et de paysages époustouflants. C'est ce Mexique de carte postale dessert le propos, certes sincère, du réalisateur. Pourtant le dénouement du film, absurde et donquichotesque, finit par toucher au cœur, brouillant la réalité de ce qui a été montré jusque là. La promesse faite par Pete Perkins à son ami Melquiades n'en prend que plus de valeur. Finalement, malgré son excès de naïveté, Trois Enterrements reste un bon premier film, d'une rare beauté formelle, mais aussi un constat amer sur l'impossibilité de fuir sa condition.

KM

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut