Saigon, spectacle de Caroline Guiela Nguyen © Jean-Louis Fernandez
Saigon, spectacle de Caroline Guiela Nguyen © Jean-Louis Fernandez
Article payant

Théâtre : Entretien avec Caroline Guiela Nguyen

Après Elle brûle et Le Chagrin, deux passionnants spectacles, la compagnie Les Hommes Approximatifs réinvestit le théâtre de la Croix-Rousse avec une nouvelle création, Saigon. Nous avons demandé à la metteuse en scène Caroline Guiela Nguyen de nous en préciser les enjeux.

Caroline Guiela Nguyen © Julien Pebrel
Caroline Guiela Nguyen © Julien Pebrel
Lyon Capitale : Quelle est la nature de votre travail au sein de la compagnie Les Hommes Approximatifs (fondée en 2009) ? Caroline Guiela Nguyen : Il y a une dimension collective, même si nous ne sommes pas un collectif mais une compagnie. L’idée est vraiment de créer ensemble. Chaque personne ayant un outil de création participe à l’ensemble de l’écriture du spectacle. La compagnie regroupe des personnes qui sont à l’extérieur du plateau (créateur son, créateur lumière, scénographe, costumier, dramaturge…) qui, sur chaque projet, invitent des comédiens à créer un spectacle. Quel est le fil rouge de votre dernier spectacle, Saigon, que vous venez jouer au théâtre de la Croix-Rousse ?

Il vous reste 74 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Rebibbia - Mise en scène Louise Vignaud (c) Rémi Blaquez (photo de répétition)
Louise Vignaud, la jeune directrice du théâtre des Clochards Célestes, présente ce mois-ci au TNP son adaptation pour les planches du roman de Goliarda Sapienza L’Université de Rebibbia. Avec notamment l’excellente Magali Bonat.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut