Ici, Agneaux n°X – Création collective au NTH8 © DR
Ici, Agneaux n°X – Création collective au NTH8 © DR

Théâtre : cette semaine à Lyon, jetez-vous dans le bain !

Outre les Jolly monstres, dont on vous parlera ailleurs, les scènes lyonnaises accueillent cette semaine un drôle de dandy qui nous propose de réviser l’histoire de l’art avec son pianiste, un indéfectible Roi sans divertissement et Tatiana Frolova l’insoumise. Pendant ce temps-là, dans le 8e, on regarde “comment le désespoir peut se faire joyeux carnaval”.

Life is a bathroom and I am a boat © Lucas Grenier
Life is a bathroom and I am a boat © Lucas Grenier

Récréation

Curieux spectacle que Life is a bathroom and I am a boat, écrit et interprété par l’improvisateur Ivan Gouillon et son pianiste Boris Mange. Habillé en dandy de la fin du XIXe, il nous invite à le suivre, de transatlantique en transatlantique. Personnage étrange, créature intemporelle, il refait l’histoire artistique du siècle dernier jusqu’à aujourd’hui. De Marcel Proust aux Beatles, en passant par Francis Scott Fitzgerald et les Sex Pistols. Possesseur du don d’ubiquité, il a connu à peu près tous les artistes qui ont façonné les arts et les mœurs du XXe siècle. Avec une brève incursion dans le domaine politique puisqu’il a aussi fréquenté Winston Churchill et soufflé l’idée de la révolte à un jeune rouquin surnommé Dany le Rouge en 1968. Sans compter qu’il fut aussi membre de la première expédition spatiale vers la Lune un an après… Il est vrai que l’énergumène n’est pas seulement lunatique, il frise la folie totale. Mais peu importe, puisque son récit est habilement écrit et que son interprète, qui trousse aussi la chansonnette, possède le don de mélanger faits réels et mythomanie éhontée. On rit énormément : le but n’est pas de fanfaronner mais d’enchaîner les situations comiques. Bref, cette fiction théâtrale est une agréable récréation aux sanglants tumultes actuels, bien trop vrais, eux.

Life is a bathroom and I am a boat – du 12 au 16 février à 19h à la Comédie-Odéon


ET TOUJOURS

Après la fin, de Dennis Kelly – Mise en scène Baptiste Guiton © Michel Cavalca
Après la fin, de Dennis Kelly – Mise en scène Baptiste Guiton © Michel Cavalca

– Après la fin, la pièce post-apocalyptique de Dennis Kelly, au TNP / Mardi à sam. à 20h30, dim. à 16h (jusqu’au 21)

– Le Rosaire des voluptés épineuses, du poète surréaliste lyonnais Stanislas Rodanski, mis en scène par Georges Lavaudant, au Point-du-Jour (programmation Célestins) / Mardi à sam. à 20h30

– En réalités, d’après La Misère du monde de Pierre Bourdieu, aux Clochards-Célestes / Merc. à dim. à 19h30 + sam. et dim. à 16h30

– La Scène aux trousses, le spectacle anniversaire du théâtre de l’Iris / Mardi et mercredi à 20h


MAIS AUSSI

Depuis que nous sommes arrivés il pleut – Mise en scène Tatiana Frolova © David Anénian
Depuis que nous sommes arrivés il pleut – Mise en scène Tatiana Frolova © David Anénian

– Depuis que nous sommes arrivés il pleut, de Tatiana Frolova, qui a travaillé avec les élèves de l’Ensatt sur la résistance, pour nous proposer “une expérience physique, sociale et artistique étroitement liée à la ville de Lyon”, à l’Ensatt / Lundi à vend. à 20h

– Un roi sans divertissement, l’adaptation de Giono qu’André Sanfratello reprend inlassablement à l’Espace 44 / Mardi, vend. et sam. à 20h30, merc. et jeudi à 19h30, dim. à 16h (jusqu’au 27)

Ici, agneaux n°X – Création collective © DR
Ici, agneaux n°X – Création collective © DR

– Ici, agneaux n° X, création collective sur le théâtre pour quatre acteurs qui prétendent que l’on va “vite tomber amoureux” d’eux, au NTH8 / Mardi à jeudi à 20h


+ THÉÂTRE AU CINÉ

Moins cher qu'un billet de TGV : en direct de la Comédie-Française, La Nuit des rois de Shakespeare, mise en scène par Thomas Ostermeier / Jeudi à 20h15 aux Pathé Bellecour, Vaise et Carré-de-Soie (retransmission les 3, 4 et 5 mars)

à lire également
Inflammation du verbe vivre, de Wajdi Mouawad (photo de répétition) © Pascal Gely
Habitué de la scène du TNP, Wajdi Mouawad revient à Villeurbanne avec une nouvelle pièce, dont il signe l’écriture, l’interprétation et la mise en scène, Inflammation du verbe vivre.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut