Record de fréquentation pour la 17e Biennale de la danse à Lyon

En dépit du contexte sécuritaire symbolisé par le déplacement du défilé dans l'enceinte du stade Gerland, la 17e Biennale de la danse a accueilli quelque 115.719 spectateurs ainsi que de nombreux artistes et professionnels en provenance de 52 pays.

"Les spectateurs ont montré une grande curiosité pour les créations et les chorégraphes à découvrir". Outre le record de fréquentation, Dominique Hervieu, directeur artistique de la Biennale. se félicite de l'ouverture de l’événement à un public plus large. D'autant qu'en répartissant les spectacles sur 37 villes de la région Auvergne-Rhône-Alpes, "la danse a réussi lors de cette Biennale à élargir son champ d’action", ajoute-t-il.

Sur le même thème, Dominique Hervieu note que "la participation remarquable aux "Fabriques de l’Amateur et du Regard" (près de 25 000 personnes) montre aussi l’adhésion des citoyens à un projet artistique complexe qui les invite à voir des spectacles, mais également à vivre des formes participatives et à réfléchir aux enjeux de la création contemporaine".

Plus de 115.000 visiteurs

"Festival de créations reconnu internationalement", selon son directeur artistique, la Biennale a attiré 961 professionnels issus de 52 pays différents. Preuve de son attractivité, l’événement accueillait cette année 21 artistes n'ayant pas pris part aux éditions précédentes. En parlant de précédents justement, le nombre de visiteurs est en hausse par rapport à 2014 et ses 100.000 spectateurs. Avec à la clé un record de fréquentation établi à 115.719 visiteurs. Et même la délocalisation du traditionnel défilé à Gerland pour des raisons de sécurité n'a pas terni la fête, puisque les spectateurs étaient largement au rendez-vous dans les tribunes du stade.

Lire aussi : Dans l'atelier d'une créatrice de costume pour la Biennale

à lire également
Vitrine du Mini-Market, cours de Verdun © Lucas Zambon
Le Mini-Market 7/7 du cours de Verdun est investi régulièrement par de jeunes artistes. “Quelqu’un d’autre t’aimera”, nous promettent-ils dans le cadre de la Biennale d’art contemporain 2019.
Faire défiler vers le haut