André Marcon dans “Le Faiseur de théâtre” de Thomas Bernhard – Mise en scène Christophe Perton © Fabien Cavacas
André Marcon dans “Le Faiseur de théâtre” de Thomas Bernhard – Mise en scène Christophe Perton © Fabien Cavacas

Perton et Marcon faiseurs de théâtre aux Célestins

Christophe Perton a confié le rôle principal du “Faiseur de théâtre”, la pièce de Thomas Bernhard, à l’un des plus grands comédiens de la scène actuelle : André Marcon. Sur la scène des Célestins cette semaine.

Tout comme Minetti, rôle-titre d’une autre pièce de Thomas Bernhard, Bruscon, le héros du Faiseur de théâtre, exerce le métier de comédien. Tous deux sont à la fois démoralisés et imbus d’eux-mêmes, souvent odieux avec leur entourage. Par le truchement de ces deux acteurs, Thomas Bernhard se moque de l’art dramatique autant qu’il lui tresse des louanges, au cours d’interminables ressassements chargés d’une puissance comique autant que d’une philosophie qui anéantit tout espoir. Et il vitupère contre son pays, ses habitants et les femmes (ce qui lui a valu une réputation – pas forcément infondée – de misogyne). Ce sont deux immenses rôles de l’œuvre de Bernhard, et du répertoire théâtral du XXe siècle. Des rôles qui ne peuvent être confiés qu’à des comédiens à la hauteur, par leur expérience et la profondeur de leur jeu. En 2002, Claudia Stavisky avait confié celui de Minetti à Michel Bouquet. Cette année, Christophe Perton met en scène Le Faiseur de théâtre en confiant le rôle principal à André Marcon.

Vitriol

“Le Faiseur de théâtre” de Thomas Bernhard – Mise en scène Christophe Perton © Fabien Cavacas
“Le Faiseur de théâtre” de Thomas Bernhard – Mise en scène Christophe Perton © Fabien Cavacas

Christophe Perton a toujours manifesté un goût affirmé pour des pièces puissantes, parfois même très provocatrices. On se souvient de sa version trash et sanglante de Monsieur Kolpert, de David Gieselmann. Ou encore de ses fumeuses Notes de cuisine de Rodrigo García qui avaient secoué le TNP. Le Faiseur de théâtre devrait aussi être un événement, tant la pièce est écrite au vitriol par un Thomas Bernhard au summum de son art comique. Le dramaturge place son héros dans une situation désastreuse, obligé de jouer dans un patelin perdu au fin fond de l’Autriche. Il y découvre pour l’accueillir une salle poussiéreuse où tout se détraque.

Talent

Face à cette désopilante catastrophe, la qualité de jeu d’André Marcon a déjà été notée lors du passage du spectacle au théâtre Déjazet à Paris. Ce qui n’est pas très étonnant de la part de ce grand interprète et défenseur de Valère Novarina, qui a déjà mis son talent au service des plus grands metteurs en scène de théâtre (Georges Lavaudant, Roger Planchon, Alain Françon, Luc Bondy, Yasmina Reza…) au cours de sa déjà longue carrière (commencée en 1967 !). D’autant qu’il est, dans ce Faiseur, avec Manuela Beltran, Éric Caruso, Barbara Creutz, Agathe L’Huillier et Jules Pélissier, parfaitement entouré.


Thomas Bernhard / Le Faiseur de théâtre – Du 9 au 13 avril à 20h au théâtre des Célestins

[Article publié dans Lyon Capitale n° 787 – Avril 2019]

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut