Nuits sonores, "Des machines et des hommes"

Des artistes aux stagiaires en passant par les bénévoles, tout ce petit monde s'agite autour du festival et de l'association Arty Farty, en charge de l'événement. Avec son budget d'1 200 000 euros et les 50 000 spectateurs de sa précédente édition contre les 2 500 000 euros des Trans Musicales de Rennes pour quelques 35 600 visiteurs, Nuits Sonores s'impose, à l'image du voisin breton, comme une manifestation phare de l'Hexagone. Un succès pas si facile à décrypter avec une programmation pointue et exigeante - comprenez indéchiffrable pour le commun des mortels mais salement jouissive pour les amateurs. Avec des sommes souvent colossales investies pour réhabiliter des friches industrielles en piteux état. Avec une politique de partenariat quasi-militante, refusant les avances de certains annonceurs, des vendeurs de bières ou de téléphonie, désireux d'associer leur nom à l'événement. Le succès de Nuits Sonores s'explique alors peut-être par un certain engagement humain, une volonté d'intégrer les acteurs de la cité et d'ailleurs dans l'aventure. Artistes, journalistes, activistes de tous poils s'affairent aux côtés des organisateurs pour livrer, chaque année, un événement qui parvient enfin à remuer la capitale des Gaules.

Nuits Sonores. Du 7 au 11 mai

www.nuits-sonores.com
Retrouvez chaque jour une sélection de quelques temps forts du festival sur www.lyoncapitale.fr

à lire également
ONL orchestre orgue
 C’est l’ouverture de saison à l’Auditorium et l’occasion pour le public lyonnais de découvrir à l’œuvre le nouveau directeur musical de l’Orchestre national de Lyon (ONL).
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut