NUITS SONORES : 3 FESTIVALIERS, 3 EXPERIENCES, 1 ETAT D'ESPRIT

J'ai participé aux quatre éditions et, d'année en année, je ne suis pas déçue. Bien sûr les soirées sont extra mais ce qui me plaît, c'est l'esprit que le festival donne à la ville de Lyon. Les apéros dans la rue, les projets artistiques un peu barges parfois, les lieux toujours originaux. Lyon a besoin de ce genre d'événement pour montrer qu'elle peut être autre chose qu'une ville un peu coincée.''
Julien, 19 ans, étudiant (La Rochelle)
"'J'ai découvert les Nuits Sonores l'année dernière grâce à des potes qui sont bien branchés électro et qui m'ont embringué avec eux. Au début, je me souviens, je traînais un peu les pieds, j'avais du mal à accrocher, c'était pas trop mon univers. Et puis le vendredi soir -je crois- il y a eu une performance en live de Trentemoller -je me souviens même du nom- et là, j'ai été schotché. J'ai réalisé d'un coup que les DJ n'étaient pas là uniquement pour appuyer sur les boutons de leur table de mixage, que les DJ étaient des artistes à part entière.''
Walter, 25 ans, agent intérimaire (Lyon)
''Les Nuits Sonores, c'est un gros festoche dans la ville. Il réunit des artistes qui jouent habituellement dans des clubs hyper sélects, et permet de faire découvrir des artistes que je n'ai pas le temps d'écouter en temps normal. Ca prouve aussi que Lyon devient une plaque tournante des musiques électroniques.
Ma meilleure soirée c'était au skate parc de Gerland, un énorme échange entre des DJ de jungle-dub. L'ambiance était électrique, le public hétérogène, c'est ça l'esprit des Nuits Sonores.''

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut