Les Plutériens – Mise en scène Guillaume Bailliart (photo de répétition)
Les Plutériens – Mise en scène Guillaume Bailliart (photo de répétition)

Nuits de Fourvière : un space opéra au théâtre de la Renaissance

Entre jazz contemporain et science-fiction, les Nuits de Fourvière proposent cette semaine une création inclassable et déjantée : Les Plutériens.

Dans le cadre d’un partenariat avec le théâtre de la Renaissance, les Nuits de Fourvière nous proposent un spectacle inclassable et déjanté dans la veine de ceux présentés ces dernières éditions par l’Orchestra di Piazza Vittorio. Rendez-vous cette fois dans l’espace, à bord d’une fusée dont le carburant est la poésie et l’imagination. Les deux passagers, Thérémine et Vélimir, sont aux prises avec un ordinateur quantique de bord qui tente soudain de prendre le contrôle des circuits de l’engin spatial. Celui-ci se dirigeant inexorablement vers le Soleil, les deux aventuriers réussiront-ils à échapper au désastre ?

Plutériens, plus t’es space

Création intersidérale insolite, Les Plutériens est un opéra d’un genre singulier, né de la collaboration du poète et librettiste Charles Pennequin avec le metteur en scène Guillaume Bailliart, le collectif Arfi et le chœur Spirito. Deux voix solistes (Marie Nachury et Antoine Läng) dialoguent avec le chœur dirigé par Nicole Corti tandis que l’orchestre invraisemblable La Marmite Infernale (made in Arfi) rythme la cadence. Entre jazz contemporain et science-fiction, aux croisées de la poésie dada et de l’art lyrique, Les Plutériens s’annonce comme une expérience d’un autre type : rétro-futuriste et envoûtante.

Les Plutériens – Jeudi 13 et vendredi 14 juin à 20h, samedi 15 à 19h au théâtre de la Renaissance (Oullins) dans le cadre des Nuits de Fourvière 2019

 

[Article publié dans Lyon Capitale n° 789 – Juin 2019]

à lire également
L’événement, c’est le passage de l’orchestre philharmonique de Radio France à l’Auditorium, dirigé par Philippe Herreweghe. Mais les amateurs de baroque ne sont pas moins servis. Pour le Concert de l’Hostel Dieu, c’est même déjà Noël.
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut