Pauline Bayle met en scène les Illusions perdues de Balzac © Simon Gosselin

Nouvelle saison du Théâtre de la Croix-Rousse : place aux jeunes !

Arrivée en janvier 2021 à la direction du théâtre de la Croix-Rousse, Courtney Geraghty avait trouvé un théâtre fermé. Ce qui ne l’a pas empêchée de bâtir une programmation qui a pu se dérouler dès que les conditions sanitaires l’ont permis.

In fine une seule représentation a été annulée dans ce contexte difficile ! Ce qui a sans doute contribué à une baisse de fréquentation de moindre ampleur par rapport aux autres salles.

La saison à venir devrait confirmer le retour des abonnés qui se profile. Ainsi qu’une fréquentation en hausse des spectateurs de moins de 30 ans, notamment grâce à la nouvelle grille tarifaire mise en place. Cinq grandes thématiques sont apparues pour les trente spectacles programmés, dont voici un exemple pour chacun des thèmes.

Déconstruire ses présupposés

Le spectacle de Johanny Bert, artiste complice du théâtre de la Croix-Rousse, La (Nouvelle) Ronde (du 12 au 15 octobre) illustre ce thème à merveille. S’inspirant de l’œuvre d’Arthur Schnitzler, La Ronde, il en propose une version moderne qui combat les préjugés et pose un regard bienveillant sur les nouvelles pratiques sexuelles et amoureuses.

Le réel qui bascule

Trois Hommes vertes (le 3 décembre) de l’écrivaine Valérie Mréjen (également metteuse en scène du spectacle) s’insère pile poil dans la catégorie. À voir dès 4 ans, la pièce est conçue comme une aventure onirique durant laquelle un enfant voit débarquer dans sa chambre trois drôles d’extraterrestres.

Les Héroïnes

Dans ce cadre, la lecture-performance de la comédienne Jeanne Balibar, Les Historiennes, évoque trois femmes qui se sont battues pour leur liberté. L’esclave portugaise Pascoa Vieira qui affronta le tribunal de l’Inquisition en 1700.  Violette Nozière, première femme en France, en 1934, à avoir dénoncé l’inceste dont elle était victime. Et enfin, Delphine Seyrig, engagée dans le combat féministe des années 70.

Médias

Pauline Bayle met en scène les Illusions perdues, le roman de Balzac. Dans une version théâtrale épurée où six jeunes comédiens jouent tous les rôles imaginés par l’écrivain. Le spectacle est co-programmé par les Célestins.

Réparation

Adieu la mélancolie est une fresque multilingue et un spectacle choral rassemblant une trentaine d’interprètes (professionnels et amateurs) venus de France, de Chine et de Taïwan. Née de la rencontre entre le poète chinois Luo Ying, auteur du livre Le Gène du garde rouge, et le metteur en scène Roland Auzet, la pièce montre comment la vie s’organise et continue après les événements sanglants de la révolution culturelle en Chine.


www.croix-rousse.com

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut