La soprano Emöke Barath © Szofia Raffay
La soprano Emöke Barath © Szofia Raffay

Mozart et ses contemporains à la chapelle de la Trinité

La saison des Grands Concerts de Lyon nous propose cette semaine le Requiem et deux œuvres annoncées comme des “perles rares”.

Un Requiem de Mozart en concert est toujours un événement. A fortiori quand le chef-d’œuvre est interprété sur instruments historiques. On redécouvre alors le génie de l’instrumentation de Mozart et les sonorités douces et feutrées des clarinettes de basset associées aux trombones anciens. Sans parler des cordes en boyau et d’une façon d’aborder les lignes qui laisse, bien plus que dans les versions modernes, respirer le contrepoint. C’est l’Orfeo Orchestra Budapest et le chœur Purcell, dirigés par Gyorgy Vashegyi, qui seront aux manettes. La distribution n’est pas en reste. On y retrouvera la soprano Emöke Baráth, régulièrement duelliste aux côtés du contre-ténor Philippe Jaroussky.

En complément de programme, les interprètes nous proposeront quelques œuvres méconnues de compositeurs contemporains de Mozart comme Johann Georg Albrechtsberger, qui fut son ami et celui de Haydn et le professeur de Beethoven, ou Gregor Joseph Werner, qui succéda à Haydn en tant que maître de chapelle de la famille Estherhazy, dont le Requiem fera écho à celui, bien plus célèbre, de Mozart.

Requiem de Mozart – Jeudi 30 janvier à 20h à la chapelle de la Trinité, dans le cadre de la saison des Grands Concerts


[Article extrait du cahier Culture de Lyon Capitale n° 795 – Janvier 2020]

à lire également
Sarah Murcia & Cie © E. Rioufol
Curiosité de ce début d’année, à l’invitation de l’Opéra Underground, le concert de la contrebassiste Sarah Murcia, partie à l’assaut d’un des trésors vénéneux du punk : Nevermind the Bollocks, des Sex Pistols.
Faire défiler vers le haut