Capture d’écran 2012-09-26 à 10.54.07

Mobilisation pour le cinéma d'art et d'essai

Face à la baisse des projections de films d'art et d'essai sur Lyon, l'association "Enjeux sur Image" organise un rassemblement culturel à la salle Paul Garcin (Lyon 1er) du jeudi 27 au samedi 29 septembre. Projections et débats sont au programme de cette manifestation culturelle en faveur du cinéma d'auteur.

Août 2009, fermeture du CNP Odéon (Lyon 2e). C'est le point de départ de l'association "Enjeux sur Image" qui voit dans cette fermeture la mort du cinéma d'art et d'essai sur Lyon. À l'heure où les multiplexes poussent comme des champignons dans l'agglomération (La Confluence, Vaise, Carré de Soie), le collectif attire l'attention sur le sort des films d'auteur.

Avec seulement 5 salles dans le centre-ville (CNP Bellecour et Terreaux, le Cinéma Opéra, la Fourmi et le Comœdia), le nombre de programmation diminue. Plusieurs œuvres projetées à Grenoble et Saint-Etienne ne font d'ailleurs plus étape dans le Rhône à cause du manque d'infrastructures cinématographiques.

Une situation révoltante pour l'association qui a décidé de marquer un grand coup pour l'occasion, en organisant une manifestation culturelle à la salle Paul Garcin (Lyon 1er). Projections de vieux classiques (Charlot …), et de courts métrages récents sont au programme. L'association organise également des débats pour comprendre comment le cinéma lyonnais est arrivé dans cette situation. Pour cela, le collectif présidé par Marie-Reine Jazé, a convié divers réalisateurs – intimistes – comme Jean-Michel Carré ou René Vautier, dans l'espoir de "bouger pour sauver le cinéma d'art et d'essai à Lyon".

Des subventions consacrées au festival Lumière

Car malgré la réouverture et le succès du Comœdia (Lyon 7e), les salles indépendantes et les deux CNP ont du mal à retrouver leurs fréquentations d'antan. Mal équipés, ces vieux cinémas ne sont pas munis – sauf le Comœdia – de projecteurs numériques. Format dans lequel sont tournés dorénavant tous les films, y compris ceux qui pourraient correspondre à leur programmation. Un cercle vicieux qui semble impossible à briser pour ces petits exploitants.

Une situation inquiétante qui, selon la présidente de l'association, ne semble toutefois pas alarmer la municipalité, concentrée sur le festival Lumière. Un festival auquel le Grand Lyon a versé 1,1 M€ de subventions l'an dernier "alors que le cinéma d'art et d'essai est en train de mourir à Lyon", déplore Marie-Reine Jazé.

Ouverte au public (3 euros l'entrée pour les projections et concerts), cette manifestation est l'occasion pour les plus curieux de faire le point sur la situation du cinéma à Lyon, patrie du cinématographe.

"Le cinéma : un enjeu citoyen", du 27 au 29 septembre, Salle Paul Garcin (7, impasse Flesselles, Lyon 1er). Tout le programme en cliquant ici.
Entrée cinéma et concert : 3 euros
Tables rondes : entrée libre

à lire également
Voir un film en famille est généralement la promesse d’un moment de partage, de plaisir et d’émotion. Un écran, des images : le 7e art a tout pour plaire aux enfants et aux adolescents. Mais le cinéma va bien au-delà. Il peut être le support pédagogique de prises de conscience et servir à faire passer des messages. Méthode et sélection.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut