Thierry Raspail, dans les couloirs de la Biennale 2017 © Tim Douet
Thierry Raspail, dans les couloirs de la Biennale 2017 © Tim Douet

MAC de Lyon, Biennale : Thierry Raspail et ensuite…

Juste avant son départ à la retraite, le directeur du MAC a confié le commissariat de la prochaine Biennale à une équipe plutôt qu’à une personnalité.

Le directeur du musée d’Art contemporain de Lyon (MAC), qui lui doit sa création en 1984 et son existence, part à la retraite ce vendredi 13 avril. Son successeur n’a pas encore été officiellement choisi. Mais Thierry Raspail sera encore le commissaire de l’exposition rétrospective Bernar Venet à la rentrée (20 septembre – 6 janvier). Il a également choisi à qui confier le commissariat de la Biennale 2019, la 15e depuis 1991, programmée du 18 septembre 2019 au 5 janvier 2020. Il s’agit des “curateurs” du palais de Tokyo à Paris. À savoir Daria de Beauvais, Adélaïde Blanc, Yoann Gourmel, Katell Jaffrès, Rebecca Lamarche-Vadel, Vittoria Matarrese, Claire Moulène et Hugo Vitrani. Cette nomination et ce choix restent dans la ligne habituelle du type de production artistique que Thierry Raspail a toujours voulu soutenir. Au moment de partir, le directeur du MAC a tenu à remercier le public qu’il a fidélisé, les artistes qu’il a côtoyés, ainsi que tous les partenaires professionnels, économiques ou politiques. Dans le message qu’il a publié sur le site du musée, il salue également quelques réussites d’artistes passées par la Biennale de Lyon 2017 : la roseraie artistique autogérée de Thierry Boutonnier, la présence de Son Ta à la triennale 2018 de New York, celle d’Anthea Hamilton à la Tate Britain à Londres, tout en rappelant l’exposition Abdessemed en cours et la présence de la collection du musée au MAC jusqu’au 8 juillet.

à lire également
Vue de l’exposition “Entrare nell'opera” au MAMC de Saint-Etienne © Aurélien Mole
Si 2020 n’est pas l’année de la Biennale du design, une visite à Saint-Étienne s’impose néanmoins. Le musée d’Art moderne et contemporain présente en effet une grande exposition rétrospective sur le mouvement de l’Arte Povera qui, bien que né en Italie dans les années 1960, résonne encore de manière familière aujourd’hui.
Faire défiler vers le haut