Le grand Shepp du jazz à Fourvière

C’est un moment de l’histoire du jazz, et de l’histoire tout court, que vient nous livrer l’immense et vénérable Archie Shepp,
avec un concert qui le verra jouer l’intégralité de son mythique Attica Blues. Im-man-quable !

Au panthéon du jazz, Archie Shepp n’est peut-être pas le nom le plus fréquemment cité. C’est peu dire que l’intéressé s’en moque, lui qui vit tranquillement à Paris depuis des années, quasi incognito, donnant un concert par-ci, se faisant un petit plaisir de cinéma par-là (Shepp a notamment tourné avec l’acteur et réalisateur Jalil Lespert et dans la série de Canal+ Pigalle, la nuit, où il interprétait un vieux jazzman).

Archie, 76 ans, est pourtant bel et bien une légende du free jazz, cette porte ouverte à toutes les folies et expérimentations – qui l’ont conduit aujourd’hui à épauler la jeune génération, notamment de rappeurs. Bien que réfractaire à l’affiliation jazzman-noir, Shepp est aussi un Noir américain qui a grandi dans l’Amérique de la ségrégation et milité pour les droits civiques, au moment où le quatrième âge d’or du jazz était autant un instrument de lutte que de libération de l’âme et d’exultation.

Œuvre totale

Ce qui nous amène à Attica Blues, pierre angulaire de l’œuvre du saxophoniste, écrite pour un big band. Le disque est une référence et une réaction directe à la révolte des prisonniers de la prison d’Attica, dans l’État de New York, en 1971, lourdement réprimée par le pouvoir au prix de 29 morts, tous noirs. Plus qu’un disque de jazz, Attica Blues est une œuvre totale, une sorte d’infernale marmite où se mêlent toutes les musiques et tous les sentiments humains. Un grand huit émotionnel – on y rit, on y danse, on y chante, on y pleure – et stylistique, à la fois intime et universel, qui constitue une pièce majeure des musiques noires, et des musiques tout court.

C’est un grand privilège que nous fait le jazzman en venant jouer en intégralité cette œuvre rarement donnée en concert. Et dont on pressent qu’elle fera lever le public. Un public qui, tels les badauds harangués par le braqueur au grand cœur Al Pacino dans Un après-midi de chien de Sidney Lumet, se mettra à crier en cœur : “Attica ! Attica !”

-----

Archie Shepp Big Band – Attica Blues. Ce lundi 17 juin, à 21h30, au théâtre antique. Nuits de Fourvière 2013.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut