Passerelle Saint-Georges (©Antoine Sillières)

Le 25 mai 1853 : la passerelle Saint-Georges mise en service

Célèbre carte postale de Lyon, la passerelle métallique rouge, avec Fourvière et les façades colorés du quai Fulchiron en arrière plan, fête aujourd'hui ses 166 ans.

Les plus froussards la connaissent parce qu'elle bouge sous leurs pas, les plus romantiques parce qu'elle permet d'admirer les façades colorées, soulignées par la Saône émeraude. La passerelle métallique Paul Couturier fête ses 166 ans ce 25 mai. Mise en service en 1853, sous la concession Wedrichowski, la passerelle alors nommée Saint-Georges permet de relier le quartier d'Ainay à celui de Saint-Georges, la rue Sala, qui fait la une de l'actualité ce week-end pour de toutes autres raisons, avec l'explosion d'hier (lire ici), et le quai Fulchiron.

Détruite en 1944, elle a été reconstruite à l'identique, et repeinte en rouge en 1994. En 2003, la passerelle est renommée en l'honneur de Paul Couturier (1881-1953), prêtre né à la Guillotière et engagé dans les échanges inter-confessionnels. Emle est devenu au fil des années un des symboles touristique du Vieux Lyon et de son tropisme florentin par l'architecture typique visible en arrière-plan. 

à lire également
Les quais du Rhône en 1990 © F. Guy (Urbalyon) / Et les berges actuelles © Antoine Merlet (montage LC)
En trois décennies, Lyon est passé de l’ombre à la lumière. Boostée par une politique événementielle énergique, la ville est devenue ludique et festive. Sa mise en tourisme et le développement des activités de loisir ont incontestablement été les grands marqueurs de l’espace urbain ces trente dernières années. Rétro-bilan illustré.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut