Article payant

La sélection livre de Lyon Capitale


De la poésie, une chronique familiale et un roman haletant sur une disparition... C'est la sélection littéraire de Lyon Capitale.


Frédérick Houdaer, poète du quotidien

Un peu de poésie dans ce monde de brutes (et de fous furieux)… C’est ce que proposent les éditions La passe du vent en rééditant en un volume unique, intitulé Anges profanes, trois précédents courts recueils du Lyonnais Frédérick Houdaer, soit Engeances, Engelures et Angiomes, et préfacé par un autre poète contemporain, Jean Marc Flahaut.

Encore que l’on puisse se demander si ce qu’écrit Frédérick Houdaer est bien de la poésie. Certainement pas dans le sens académique du terme en tout cas. Mais s’il s’agit de s’adresser à notre imaginaire avec une écriture fluide, et même musicale, alors oui, c’est bien de “poèmes” que l’on peut qualifier ces courts textes d’une ou deux pages. Où Frédérick Houdaer revisite son quotidien le plus prosaïque, ses rêveries souvent littéraires.

À moins qu’il ne transcrive les visions les plus saugrenues qui lui passent par la tête. Il le dit lui-même, avec le sens comique qui le caractérise : “J’écris de longs haïkus.”


Anges profanes, Frédérick Houdaer, éditions La passe du vent, 272 p., 15 €.


Yasmina Reza, un roman fraternel

Le héros du dernier roman de Yasmina Reza, Serge, est-il inspiré d’un personnage réel ? Est-ce son propre frère, la soixantaine fringante, doté d’un humour et d’un charisme qui le rendent irrésistible ? Peu importe, au fond. À ceux qui lui demandaient s’il avait pris le Transsibérien avant d’écrire son fameux roman, La Prose du Transsibérien, Blaise Cendrars répondait : “Qu’est-ce que ça peut vous faire puisque je vous l’ai fait prendre à tous ?”

Avec son dernier livre, Yasmina Reza nous emmène à la rencontre d’une extraordinaire fratrie, composée de deux sœurs et de Serge donc, parvenus à la deuxième moitié de leur existence.

Il vous reste 59 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut