La danse en question

Le Toboggan a la belle idée de nous faire découvrir Sylvain Groud, ancien danseur phare de Preljocaj, aujourd’hui chorégraphe. Il n’est jamais venu à Lyon et on a hâte de le découvrir, tant il semble porté par un vrai désir de regarder l’autre et de casser les barrières de l’espace danse. Son travail près des gens, dans la cité, à l’hôpital ou en maison de retraite, démontre que son art ne cherche jamais à réduire l’autre à une catégorie, abordable ou pas, mais qu’il est fait de questionnements et d’expérimentations.

Avec L’Oubli, Sylvain Groud interroge ce que serait le résultat d’un geste sans mémoire, du mouvement d’un danseur sans mémoire corporelle. Les différentes orientations de cette recherche : la peur d’oublier, la perte de mémoire et la nécessité d’oublier pour ne pas sombrer, qui pour le chorégraphe concernent autant l’individu, le couple que la nation.

Dans Elles, hommage à cinq femmes venant du hip-hop, pour qui la danse est une respiration vitale, chacune témoigne, avec un univers choisi, d’une perception du monde, d’un combat ou d’une féminité. Le chorégraphe les a simplement aidées à trouver en elles ce qui fait l’évidence de leur danse.

------------

L’Oubli + Elles, de Sylvain Groud.

Jeudi 9 et vendredi 10 février, à 20h30, au Toboggan.

à lire également
Carmen, de José Montalvo / Noé, de Thierry Malandain / Le Bestiaire d’Hichem, de Jeanne Mordoj © Patrick Berger / Olivier Houeix / Géraldine Aresteanu (montage LC)
José Montalvo présente cette semaine à Lyon sa vision démultipliée de Carmen, “un être sans patrie”. Auquel fera écho “L’errance est humaine” de Jeanne Mordoj. Quelques jours avant le Noé de Thierry Malandain qui interroge la transformation de notre humanité.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut