“In gode we trust”

“Être queer c’est être en lutte”, dit Mickaël artiste plasticien lyonnais et activiste queer. Son arme ? La subversion et le cynisme. En juin dernier, la Galerie Néon, sur les pentes de la Croix-Rousse, accueillait l’exposition de cet ancien étudiant aux Beaux-arts de Lyon.
“In gode we trust”. L’adage féministe est écrit en rose sur une écharpe de supporter, symbole suprême de l’objet machiste. Il fallait y penser. Mickaël a aussi brodé sur fond noir toutes sortes d’insultes homophobes de couleur rose : “tantouze”, “tapette”, “salope”, “gouine”…
L’artiste s’explique : “En référence à Marcel Proust qui parle de l’injure, Didier Eribon, un philosophe intellectuel français et théoricien queer a écrit dans un livre que chaque enfant est confronté à l’injure homophobe au moins une fois : “pédé”, “enculé”, “tarlouze”… On conditionne les enfants à avoir honte de l’homosexualité. L’injure est ce qu’il y a de pire car le langage formate les esprits.” La broderie est un geste féminin et pour ce militant, “s’acharner à broder une insulte, c’est un geste de résignation, un retour sur soi. De plus c’est drôle, c’est “camp””. C’est quoi ? “Camp, c’est l’humour des folles, une façon de se décharger de l’injure et de réagir. L’écharpe “In gode we trust” est un objet camp par exemple !”.
Autre broderie : un plan du Parc de la Tête d’Or, en blanc sur fond noir. Ironie du sort, le résultat donne la forme d’un slip. “Ce parc a été un lieu de drague homosexuelle pendant de nombreuses années. Maintenant, c’est plus difficile, ça dérange.” Pourquoi un lieu public comme point de rendez-vous ? “C’est le côté fantasmagorique, la rencontre d’inconnus. C’est un peu ghettoïsant l’idée que les homosexuels doivent se retrouver dans des bars gays. La majorité n’y va pas d’ailleurs.”

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut