© Lyon Capitale
Lyon Capitale n°165 p.4
Article payant

Il y a 20 ans : chronique d’une dégringolade ordinaire

Il y a 20 ans dans Lyon Capitale – L’été 1995, un sordide fait divers teinté de règlement de comptes fait la une des journaux locaux. Pour avoir fréquenté une jeune femme “promise” à un autre, un homme a subi les foudres d’un clan familial turc et été assassiné sur un parking de Saint-Priest.

1er avril 1998 L'affaire date de 1995, mais le procès se déroule en 1998. Belhassem, jeune homme décrit comme discret, est retrouvé mort sur un parking de Saint-Priest, lacéré de trois coups de couteau. Son crime ? Avoir convolé avec Fatima, la fille d'un clan familial turc, promise à un autre homme. Au lendemain du meurtre, le fiancé en question est introuvable. Certains disent qu'il a déjà fui en Turquie. Seul son frère, Kuider, qui aurait selon la justice participé à l'assassinat, est retrouvé par les autorités. L'homme porte dans un casier judiciaire rempli les traces d'un clan familial dangereux, trempé dans plusieurs affaires de vols et de violences. Si on n'a jamais retrouvé l'auteur du meurtre de Belhassem, Kuider a lui été condamné à douze ans de prison par la cour d'assises de Lyon.

Il vous reste 85 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
L’historien Bruno Benoit, chez lui, à Lyon, en 2017 © Tim Douet
Historien, gardien de la lyonnitude, Bruno Benoit n’a jamais cessé de porter un regard à la fois bienveillant et critique sur Lyon. Lorsque Gérard Collomb est élu en 2001, il explique son succès en lançant “Lisez Bruno Benoit !” Quel regard porte aujourd’hui l’historien sur le retour de l’ex-ministre de l’Intérieur à Lyon ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut