Manuel Pratt © Yannick Perrin
Manuel Pratt © Yannick Perrin

Humour : mardi, à Lyon, c’est Pratt à Gerson

Il se dit bientôt à la retraite mais reste toujours aussi actif, et saignant. Manuel Pratt est à l’espace Gerson tous les mardis jusqu’à fin novembre. Premier mardi dédié à l’humour noir ce 2 octobre.

C’est l’un des plus irrésistibles humoristes de la
scène française. Une assertion
qui paraîtra sans doute exagérée
à ceux qui mesurent le talent à
l’aune de la notoriété. En effet, Manuel Pratt, s’il s’est construit
un public de fidèles qui ne rateraient pour rien au monde
l’un de ses passages sur scène, ne jouit pas d’une célébrité équivalente à son talent. Mais
il est si incontrôlable qu’il est
banni des émissions de radio
et des plateaux de télé depuis
des décennies, de ces espaces médiatiques pourtant indispensables à tout humoriste qui
veut toucher un large public.
Ce qui n’est pas le cas de Manuel
Pratt qui, on l’a vu à plusieurs reprises, se réjouit lorsque des spectateurs, outrés par ses provocations les plus trash, quittent la salle. Aussi, lorsqu’il vient à Lyon, ce n’est pas à la Bourse du Travail ou dans une “grande” salle, mais à l’espace Gerson.

No limit

Quand il ouvre la bouche, lorsque s’amorce son débit de mitraillette, impossible de lui résister : on est médusé, happé par tout ce qu’il raconte. Manuel Pratt est passé maître dans l’art d’aller trop loin. Passé les bornes, c’est “no limit”. Raison pour laquelle on ne le voit pas sur le petit écran, où la provoc’ est en toc, où même l’insolence est soigneusement calibrée. Qu’importe !

Fidèle parmi les fidèles, Manuel Pratt sera présent
au festival d’humour organisé par l’espace Gerson la semaine prochaine. Mais il est aussi à l’affiche du même espace Gerson tous les mardis pendant deux mois avec sa Valse des hyènes. Dans cet opus, l’un de ses meilleurs, il raconte son enfance, son adolescence, sa vie intime de petit juif élevé dans une école catholique, entre un père ancien d’Algérie et une arrière-grand-mère obsédée par les camps de la mort. La découverte de l’amour, les vols avec ses amis gitans… et tout le reste.

Manuel Pratt / La Valse des hyènes – Tous les mardis d’octobre et novembre à l’espace Gerson


[Article publié dans Lyon Capitale n°781 – Octobre 2018]

à lire également
Les Malheurs de Gégé © Jibé, Lyon Capitale déc. 2019
Ce mois-ci, Gégé, qui manque de mémoire, cherche de l’aide, Jean-Mi joue de malchance... et Jibé convoque toute la galerie avant de refermer son petit théâtre lyonnais dessiné.
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut