Gidon Kremer © Angie Kremer

Gidon Kremer à l'Auditorium : rendez-vous avec une légende

Petit événement à l’Auditorium : Nikolaj Szeps-Znaider et l’ONL accueillent la légende du violon Gidon Kremer pour un programme de choix balayant trois siècles de musique.

 Voilà un concert qui a de quoi susciter une attention toute particulière. Nikolaj Szeps-Znaider, l’actuel chef de l’Orchestre national de Lyon, on le sait, est violoniste de formation et s’affiche régulièrement en tant que soliste au violon sur les scènes du monde entier.

Accueillir Gidon Kremer à ses côtés n’est pas anodin quand on pratique soi-même l’instrument et ce, à plus d’un titre.

Âgé de 75 ans, Kremer est, tout comme son cadet, violoniste et chef d’orchestre. Il a, au cours de sa vie, partagé les estrades avec les plus grands chefs et interprètes, balayant un répertoire parmi les plus larges qui soient : du baroque (Vivaldi, Bach) à la musique contemporaine qu’il a défendue mieux que personne durant sa carrière.

Il fut à ce titre le dédicataire de bon nombre d’œuvres composées spécialement pour lui et, notamment, d’Offertorium, pour violon et orchestre de la compositrice soviétique Sofia Goubaïdoulina.

L’œuvre, datant de 1980, s’ouvre sur une citation du thème “royal” de l’Offrande musicale de Jean-Sébastien Bach, extrait qui sera par la suite “dénaturé”, “dégradé” jusqu’à ce qu’il n’en subsiste qu’une seule note, un peu à la manière de l’écriture d’Anton Webern.

Et voilà que l’on retrouve justement au programme de ce même concert le compositeur viennois dans sa célèbre orchestration du grand Ricercare de l’Offrande musicale de Bach : hommage de Webern à toute la science spéculative de son homologue baroque. Bien vu !

En complément de programme – qui fera également office de plat de “résidence” –, Szeps-Znaider et l’ONL nous gratifieront de la Symphonie n° 6 “Pastorale” de Ludwig van Beethoven qui se chargera de faire le lien entre le XVIIIe siècle de Bach et le XXe de Webern puis Goubaïdoulina… et enfin Gidon Kremer.


Symphonie pastorale – Samedi 10 décembre à 18 h, à l’Auditorium


 

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut