_MG_1838
@ Etienne Bouy

Festival L'Original : Une tasse de café au lait et un bol d'Oncle Ben

CONCERT – Ben l'Oncle Soul était en concert ce lundi au Transbordeur dans le cadre du festival L'Original, avec Milk Coffee & Sugar en première partie. Récit d'une soirée pleine d'énergie et de sensualité, pendant laquelle on a pris un café et un bon bol de soul.

Les premières parties dans un concert c'est un peu comme pile ou face : soit elles sont excellentes, soit l'on attend avec impatience l'arrivée de l'artiste que l'on est venu voir.

Ce lundi soir le groupe programmé avant Ben l'Oncle Soul s'appelle Milk Coffee & Sugar, traduisez : un café au lait sucré. Un nom qui leur colle à la peau, puisque leur musique sonne comme le mélange du lait dans le café : le jazz et le hip-hop se marient pour former une soul inédite “de Paris au Burundi“ décrivent les deux MC's qui figureront parmi les révélations du Printemps de Bourges.

Un piano, un batteur et deux chanteurs hors-pairs, voilà la recette de ce groupe parisien. Le flow (débit de parole) des deux garçons est aussi impressionnant que la beauté de leurs textes tantôt rappés, tantôt slamés. Avec une remarquable aisance sur scène, les chanteurs amènent les spectateurs à participer et remplissent à la perfection leur rôle de chauffeurs de salle. Après avoir chanté, rigolé et dansé, le public caféiné est prêt à accueillir sa star.

Un artiste, un vrai

Arrivent ensuite sur scène une troupe : pianiste, saxophoniste, choristes, batteur, guitariste, bassiste... Mais combien sont-ils ? Dix, mais il en manque un. Lorsque Ben l'Oncle Soul arrive sur scène pour interpréter son tube Soulman, le transbordeur se transforme en cocotte-minute et la soirée est véritablement lancée.
S'en suivront deux heures de concert, pendant lesquelles le chanteur tourangeau alternera entre ballades blues et tornades soul. Accompagné par des musiciens de talent, Ben L'Oncle Soul prouve à ceux qui en doutaient que de vrais artistes existent encore. Tour à tour showman à la danse bien étudiée, proche du swing, ou pianiste romantique qui fait craquer les (nombreuses) filles présentes dans la salle, ce “soulman“ va jusqu'à descendre dans le public pour partager sa bonne humeur avec ses fans.

Loin de se croire arrivé et plein d'humour, Ben n'hésite pas à s'arrêter pendant sa reprise du tube “Seven Nation Army“ des White Stripes, et à demander à la foule : “mais vous en avez pas marre de cette chanson ? On l'a trop entendue !“. Et l'artiste enchaîne avec une reprise de sa reprise, pour le plus grand bonheur du public qui se sent privilégié face à un si beau spectacle.

http://www.myspace.com/milkcoffeesugar
http://www.myspace.com/oncleben

à lire également
Dans la nuit de mercredi à jeudi, Lyon a perdu l'un de ses plus anciens bouquiniste et puits de culture musicale. Emporté à 64 ans, Serge Boissat n'a jamais cessé de diffuser sa passion pour le rock au sens large et pour la bande dessinée. Son ami et fondateur de la radio libre "Radio Bellevue" en 1981, le réalisateur Jean-Claude Chuzeville, lui rend hommage.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut