Felix/Ughetto - Tandem : de sang froid

On le déclare même mort. Si elle n'a pas tout déterminé dans sa production artistique qui a démarré alors qu'il avait 14 ans, cette péripétie dans la vie du peintre lyonnais n'a certainement pas été sans conséquence sur l'ensemble de son œuvre. Depuis, il floute avec opiniâtreté les limites entre vie et mort, il les redéploie sur des surfaces plastiques maculées de gouttes de sang. Les mannequins imputrescibles dont il se sert pour monter ses sculptures sont recouvertes de taches rouges qu'Ughetto, toujours plus paranoïaque, s'est même mis à compter.

Dans la libraire, ses statues fécondes sont exposées sous les photos de l'artiste Hubert Félix. Et très étonnamment, les tirages noir et blanc donnent davantage à voir de l'esprit d'Ughetto que les œuvres d'Ughetto elles-mêmes, mettant en scène des corps oppressés par une nature dévorante. Les cornes d'abondance sont morbides, les excréments et les épis de blé sont accrochés aux branches, tandis que les phallus poussent sur les têtes de poupées, rappelant l'obsession d'Ughetto pour la procréation et la génération du vivant. Détournant le décorum catholique, les icônes de la Vierge et du Christ, Ughetto a su créer une mythologie brutale et inquiétante, loin d'une vaine provocation.
Félix/Ughetto - Tandem. Jusqu'au 30 juin. A la librairie le Bal des Ardents, rue neuve, Lyon 1er. 04 72 98 83 36.

à lire également
Pour ouvrir la saison, le théâtre des Célestins propose une journée de rencontres et de performances, suivie d’un spectacle d’Élise Chatauret, qui prend la forme d’un documentaire fictif au cœur de la France rurale. Afin de fêter les retrouvailles avec le public, le théâtre des Célestins organise Une journée particulière ce samedi 26 septembre dès […]
Faire défiler vers le haut