Coupe à décor de cavalier (détail) (Iran, 1275-1325 – musée des Beaux-arts de Lyon)

Exposition : découvrir les cultures et les arts de l’Islam à Rillieux-la-Pape

Coproduite par la Réunion des musées nationaux - Grand Palais et le musée du Louvre, l’exposition Arts de l’Islam, un passé pour un présent crée l’événement dans dix-huit villes en France dont Rillieux-la-Pape au sein de l’agglomération lyonnaise.

Birthmark de Shirin Neshat – 1995 - Collection IAC, Villeurbanne Rhône-Alpes © Courtesy of the artist and Gladstone Gallery, New York and Brussels

Conçu comme un projet national et régional, Arts de l’Islam, un passé pour un présent se déroule jusqu’au 27 mars 2022 avec 18 expositions dans autant de villes de France, chaque accrochage présentant dix œuvres à la fois historiques et contemporaines, issues du département des Arts de l’Islam du musée du Louvre et de collections nationales et régionales.

Chandelier aux scènes chrétiennes (XIIIe siècle – musée du Louvre) © Céline Vautey

Réalisé à la demande du Premier ministre Jean Castex, l’événement cherche à évoquer le lien entre la France et les arts islamiques pour renouer le dialogue entre des cultures qui s’enrichissent mutuellement depuis plus de treize siècles, afin de découvrir la grande diversité des territoires et des populations concernées par l’Islam, la civilisation islamique étant autant arabe que turque, indienne qu’iranienne, asiatique ou maghrébine.

Au total 180 œuvres sont présentées au public, qui révèlent les histoires des artistes qui les ont créées, des collectionneurs (califes, sultans, princes, passionnés) qui les ont détenues, et de leur arrivée en France dans nos collections publiques comme dans des églises où elles sont parfois conservées depuis des siècles.

Tapis de réception de Kerman (Iran, XVIIe siècle – musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon)

La ville de Rillieux-la-Pape accueille des œuvres rares

Dans le Rhône, c’est la très belle médiathèque L’Échappée de Rillieux-la-Pape qui accueille dix œuvres illustrant un art autant profane que religieux. On découvre ainsi le Chandelier aux scènes chrétiennes (XIIIe siècle – musée du Louvre) signé par un artiste de Mossoul en Irak racontant la vie de Jésus, la Coupe à décor de cavalier, une céramique provenant de Kashan (Iran, 1275-1325 – musée des Beaux-arts de Lyon) appartenant à une vaisselle de luxe qui témoigne de la vie des élites à cette époque, le Tapis de réception provenant de Kerman (Iran, XVIIe siècle – musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon), une pièce remarquable, en laine, avec des figures humaines et des animaux composant des motifs complexes.

Également Birthmark (tache de naissance) œuvre datant de 1995 de l’artiste iranienne Shirin Neshat se mettant en scène dans une série intitulée Femmes d’Allah qui explore l’identité des femmes du Moyen Orient.

Destinée à un très large public et aux jeunes générations en particulier, l’exposition mobilise l’Éducation nationale autour de sa médiation, mettant à disposition des enseignants de nombreux outils pédagogiques pour découvrir et comprendre les arts de l’Islam.

Un projet artistique d’ampleur nationale qui reflète une volonté politique de considérer l’ouverture à l’autre comme un rempart au fanatisme religieux, un moyen de lutter contre les préjugés sur les différences entre les sociétés et leurs cultures.


Arts de l’Islam, un passé pour un présent – Jusqu’au 26 mars à la médiathèque L’Échappée, Rillieux-la-Pape – www.lechappee.rillieuxlapape.fr - Site des 18 expositions en France : www.expo-arts-islam.fr


 

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut