Vue aérienne de la villa Chanéac depuis l’ouest. Jean-Louis Chanéac, Aix-les-Bains © Collection particulière Nelly Chanéac © Photographie Pascal Chanéac

Exposition au CAUE : Conquêtes spatiales, où vivrons-nous demain ?

Le CAUE Rhône Métropole révèle à travers sa nouvelle exposition l’aventure architecturale extraordinaire et visionnaire menée par trois architectes dans les années 1960, à la recherche de nouvelles conquêtes spatiales !

L’exposition du CAUE du Rhône Conquêtes spatiales. Où vivrons-nous demain ? propose un regard sur le bouillonnement de la recherche architecturale des années 1960, révélé par Michel Ragon (critique d’art et d’architecture) dans son livre Où vivrons-nous demain ? paru en 1963.

Il questionnait alors ce qu’il en était des idées nouvelles depuis Le Corbusier, considérant les trois architectes dont il est question comme ses héritiers : Jean-Louis Chanéac, Pascal Haüsermann et Claude Costy.

En quête de nouveauté avec aussi des prospectives, les quatre hommes constituent en 1965 un courant avec l’espoir de combler le retard en matière d’urbanisme et d’architecture, cherchant à émettre des idées en phase avec les besoins du moment.

Le titre à double sens évoque cette période fascinante portée par l’espoir de marcher sur la Lune qui devait être aussi pour eux celle d’autres conquêtes spatiales avec de nouvelles formes d’urbanisme, l’an 2000 étant leur horizon mental. L’exposition interroge en trois parties le rapport de ces trois architectes au territoire, à la société et à l’avenir, et retrace la manière dont ils ont inventé un nouveau langage architectural aux formes organiques et au vocabulaire inédit, refusant l’uniformisation des habitats, le non-respect des besoins des usagers, mettant en exergue des réflexions finalement très actuelles, nous interrogeant en retour sur les futurs souhaitables.

Projet de l’association Habitat évolutif exposé à Douvaine en mai en 1972 © Fonds Jacques Miguet, Archives Association Art et Culture de Douvaine / Musée des Granges de Servette

Ainsi des projets ont été imaginés où la ville se superpose à la ville, où l’on construit en hauteur pour ne plus envahir des territoires non urbanisés et afin de répondre au manque de logements. Jean-Louis Chanéac a été jusqu’à créer des cellules sphériques en plastique (appelées Domobiles) permettant aux habitants de composer leurs logements.

Dans son projet Cellules parasites (1968), il envisage d’accrocher ces Domobiles à l’extérieur des HLM pour agrandir les appartements que les locataires ne peuvent pas quitter. Il défiera les autorités en posant lui-même une cellule (enlevée quinze jours après) devant le sien afin de démontrer l’intérêt du système.

La recherche d’une vérité constructive

À la recherche d’une vérité constructive, ils travaillent les formes pour une meilleure harmonie avec la nature grâce à des constructions qui utilisent le béton projeté permettant de donner à l’habitat des formes rondes en adéquation avec la nature qui, elle, n’a pas d’angles droits. On découvre ainsi la villa Chanéac qui s’intègre d’une manière incroyable dans une forêt d’arbres.

Autre construction en 1966 de Pascal Häusermann et son épouse Claude Costy, le balcon de Belledonne, une maison bulle, près de Chambéry, perchée à 1 200 mètres d’altitude sur les balcons de Chartreuse, réalisée en voile de béton armé sans coffrage et qui est actuellement en cours de rénovation par Alice et Scott.

À découvrir également au cœur de l’exposition, la maquette du projet de centre-ville de Douvaine (Haute-Savoie), un programme politique ambitieux pour lequel ils ont travaillé ensemble. Conçu comme un espace d’échanges et de rencontres, il est articulé autour d’une place publique bordée d’arcades commerçantes et surplombée par un escalier-mât monumental relié par un réseau de passerelles aux différents équipements publics.

L’école maternelle de Douvaine par Claude Costy © Photographie Nicolas Scoulas

Les logements, qui prennent la forme de Domobiles, s’implantent au plus près de l’activité urbaine sur des structures évolutives. Seules la salle polyvalente, l’école, la place et ses arcades furent construites, le projet ayant été stoppé après les élections de 1977 lors desquelles le maire Jacques Miguet fut battu.

Impressionnant d’inventivité, cet ensemble urbain est un témoignage majeur de cette aventure architecturale… Constituée de dessins, plans, croquis et photomontages ainsi que de vidéos d’archives et de reconstitutions de maquettes, cette exposition met à disposition du public un journal qui prolonge son contenu avec une grande qualité d’explication et d’analyse.

Rendez-vous est donné en juillet et à la rentrée aux jeunes (de 7 à 14 ans) autour d’ateliers pour créer sur plan leur Domobile idéale !


Conquêtes spatiales. Où vivrons-nous demain ? Jusqu’au 10 novembre au CAUE (Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement du Rhône Métropole), Lyon 1er
Exposition produite par le CAUE de Haute-Savoie, en partenariat avec la ville de Douvaine, les CAUE de l’Ain, de l’Isère et Rhône Métropole.
www.caue69.fr

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut