Michlmayr Chaise
© Michael Michlmayr

Expo : un photographe fondu de ciné à Vrais Rêves

C’est une exposition ludique et une réflexion sur le temps que propose la galerie Vrais Rêves en présentant le travail de Michael Michlmayr. Monomaniaque de la composition en séquences, l’artiste autrichien ne cache pas son amour du cinéma et ça se voit ! Mais seulement jusqu’au 21 février.

La Chaise, 2014 © Michael Michlmayr

© Michael Michlmayr
La Chaise, 2014.

Les photomontages de paysages balnéaires aux mouvements fantômes de Michael Michlmayr, ses vues d’escaliers lyonnais en plongée ou ses façades d’immeubles où personnages et accessoires s’affichent aux fenêtres (on pense inévitablement à Fenêtre sur cour de Hitchcock, mais aussi aux peintures de Hopper ou aux photographies des Blume) engagent une narration que l’on suit attentivement de scène en scène.

Tranches de vie, 2011 © Michael Michlmayr

© Michael Michlmayr
Tranches de vie, 2011.

Il est ici affaire d’espace mais surtout de temps. La décomposition des mouvements et des temporalités, leur chevauchement parfois (dans les triptyques filmiques) rendent l’univers particulièrement graphique et musical, comme autant de partitions.

Œuvres d’art presque totales, les photographies de Michlmayr se jouent de notre perception, tendent à confondre haut et bas, horizontal et vertical, figuratif et abstrait, et rendent leur appréhension extrêmement dynamique.

Passé composé – Michael Michlmayr. Jusqu’au 21 février, à la galerie Vrais Rêves, 6 rue Dumenge, Lyon 4e.
Sortie de la station de métro Croix-Rousse, 2011 © Michael Michlmayr

© Michael Michlmayr
Sortie de la station de métro Croix-Rousse, 2011.
à lire également
Vue de l’exposition “Entrare nell'opera” au MAMC de Saint-Etienne © Aurélien Mole
Si 2020 n’est pas l’année de la Biennale du design, une visite à Saint-Étienne s’impose néanmoins. Le musée d’Art moderne et contemporain présente en effet une grande exposition rétrospective sur le mouvement de l’Arte Povera qui, bien que né en Italie dans les années 1960, résonne encore de manière familière aujourd’hui.
Faire défiler vers le haut