Elvis Perkins à la Marquise : le fils

Pas un problème pour Elvis Perkins qui d'une part en a vu d'autres (son illustre père est mort du Sida quand il était gamin et sa mère s'est encastrée dans le World Trade Center un certain 11 septembre), d'autre part parce qu'il a suffisamment de talent en stock pour faire face. Il l'avait déjà prouvé avec le beau et triste Ash Wednesday. Il a remis ça avec Elvis Perkins in Dearland, suite plus élaborée qui a achevé d'installer le nouvel Elvis au petit panthéon des songwriters doués de notre époque. Dans une saison un peu maigrichonne, ils ne seront pas si nombreux et on ne snobe pas un Elvis.

Elvis Perkins. Le 24 septembre à la Marquise.

à lire également
ONL orchestre orgue
 C’est l’ouverture de saison à l’Auditorium et l’occasion pour le public lyonnais de découvrir à l’œuvre le nouveau directeur musical de l’Orchestre national de Lyon (ONL).
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut