Echo Orange lance son festival Pop

INTERVIEW – L'association Echo Orange organise la première édition de son festival au Clacson, du 14 au 16 avril. Au programme : de la pop et du rock dans une ambiance psychédélique. Rencontre avec Maxime Jacquard, fondateur du festival.

Lyon Capitale : Comment est née l'association Echo Orange ?

Maxime Jacquard : Au départ il y avait trois groupes : DandeLyon, Beaujolais Hills et Popswirl. Nous étions tous amis et membres des RAMS. Mais au début de l'année 2009, certains groupes manquaient de structures pour pouvoir jouer et se développer. Alors nous avons créé officiellement Echo Orange en novembre2009, en tant que structure administrative (association loi 1901). On a commencé par faire des soirées au Citron, au Sonic ou à La Marquise. Puis nous sommes devenus un label pour pouvoir accompagner les groupes de A à Z, de la répétition jusqu'au concert en passant par l'enregistrement.

Qui en fait partie ?

Il y a sept groupes : A-Song, Fireball, Bruxelles, Ravenhill, Monkberry Moon Orchestra, Venustre et The Rebels of Tijuana. Au niveau de l'organisation je suis plus ou moins tout seul, avec des bénévoles très actifs.

Qu'est-ce qui réunit tous ces groupes ?

Nous sommes tous fans des Pink Floyd (rire). Il n'y a pas que cela bien sûr, ce qui nous réunit c'est une passion pour la musique pop, au bon sens du terme. Nous écoutons tous beaucoup de musique des 60's et 70's, mais ne sommes pas vraiment fan de ce qui se fait en ce moment.

Parles nous de ce festival...

On déjà organisé pas mal de soirées, où nos groupes ont pu se produire sur des scènes plus ou moins grosses. L'idée avec ce festival c'était d'accueillir plus de monde, et de faire en sorte que le concert redevienne une fête, et pas simplement une simple représentation. On voulait que les gens, en rentrant chez eux, se disent qu'ils ont passé une bonnes soirées, tous ensemble du début à la fin.

Pourquoi avoir choisit le Clacson ?

D'abord parce que c'est une salle emblématique de la culture pop/rock à Lyon (Oullins, sic), équipée d'un très bon son en plus. La capacité est plus importante qu'un simple bar qui fait des concerts et cela nous permet de faire venir des têtes d'affiches comme les Hushpuppies. Et puis c'est un lieu qui correspond à notre état d'esprit de transformer un simple concert en fête, puisqu'il ferme aux alentours d'une ou deux heures du matin. Cela permet donc au public de rester un peu après le concert.

Quelles sont les ambitions de l'association pour ce festival ?

On a qu'une envie c'est de grandir, mais on veut rester simple. Notre but n'est pas de gagner le plus d'argent possible, c'est vraiment de proposer des concerts et de faire connaître nos groupes. Ce n'est que la première édition, donc on est un peu attendu au tournant. Mais à terme on aimerait pouvoir faire plus de dates, rajouter un ou deux jours. Et puis on souhaiterait diversifier les salles de concerts, par exemple proposer des concerts aussi au Transbordeur et au Marché gare. D'autres festivals l'ont fait, comme les Nuits Sonores. Pourquoi pas nous !

Prochains concerts :
Vendredi 15 > Jonh & Jehn , Invaders et Vandaveer
Samedi 16 > Da Bresilians, A-Song, Eldia.

Plus d'infos : http://www.echo-orange.fr/

Retrouvez le quizz “Echo“ / “Orange“ sur Lights & Music.

à lire également
Il y a 20 ans dans Lyon Capitale - Les Nuits de Fourvière ont fait carton plein lors de cette 5e édition. 66 000 spectateurs se sont rendus au festival. En août 1998, la 5e édition des Nuits de Fourvière s'achève avec un bilan très positif. Pourtant concurrencé par la Coupe du Monde jusqu'à mi-juillet, […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut