Amadeus (Milos Forman, 1984 © Tom Hulce / Coll. Christophel
Amadeus (Milos Forman, 1984 © Tom Hulce / Coll. Christophel

Ciné-concert exceptionnel à l’Auditorium : Amadeus !

Le film de Milos Forman en version ciné-concert. C’est ce que propose l’Auditorium en guise de feu d’artifice de fin de saison. Il vous reste encore trois occasions de passer la soirée avec Wolfie.

Vous en aviez rêvé ? C’est chose faite. Le blockbuster de Milos Forman est enfin décliné en ciné-concert ! Imaginez… Deux heures trente-huit du chef-d’œuvre cinématographique Amadeus avec – cerise sur le gâteau – l’orchestre en chair et en os nous en interprétant la fabuleuse bande originale ! Nul doute que l’opération envisagée par l’Auditorium déplace les foules. Et pour cause. Amadeus, salué à sa sortie en 1984 par huit oscars, quatre Golden Globes et un césar (rien que ça !) est bel et bien le roi des films jamais réalisés sur la musique.

Mi-historique, mi-romancée, la saga Mozart imaginée par Forman fit mouche dès sa sortie en salles, rassemblant bien au-delà des connaisseurs et autres amateurs du compositeur vedette. Le secret : intégrer du sensible, de l’humour, faire de Mozart un personnage à la portée de tous et de sa rivalité (réelle à l’époque) avec le compositeur Antonio Salieri le fil conducteur du film. Forman n’hésite pas à prendre des libertés avec l’histoire pour faire de Salieri le spectateur déshérité du parcours et du talent de Mozart… À la supériorité du jeune Wolfie répond sa frustration, qui le mène au suicide pour avoir été responsable de la mort du génie. Tout cela est évidemment fantasmé, mais ce sont précisément ces libertés prises avec l’exercice strictement biographique qui font d’Amadeus ce chef-d’œuvre tragi-comique qui prend ses distances vis-à-vis du film historique traditionnel.

Best of Mozart

Revenons à la bande originale, enregistrée par sir Neville Mariner et son Academy of St. Martin in the Fields pour les besoins du film. Au-delà de la qualité de l’interprétation des œuvres, son succès découle du choix des pièces qui ponctuent les épisodes de la vie de Mozart… Là où Forman transforme l’essai, c’est en choisissant, naturellement, les extraits les plus célèbres du corpus mozartien : les “tubes” de Mozart (ceux que tout le monde a entendus çà et là, au cinéma ou dans une pub) sont au rendez-vous. Du concerto pour piano n° 20 au dernier Requiem, en passant par la Flûte enchantée ou Don Giovanni, ils sont tous là ! Ce qui, combiné aux images, constitue la parfaite “introduction à Mozart” pour le néophyte aussi bien qu’une promenade légère et ludique pour le “connaisseur”. C’est la force d’Amadeus : s’adresser à tous. Mais c’est aussi la musique, centrale et magnifique, qu’interprétera – en direct – l’Orchestre national de Lyon sur les images (et dialogues) projetés sur l’écran géant. Notons la présence de deux chœurs (Spirito et le Jeune Chœur Symphonique) et du chef Ludwig Wicki, missionné à la direction de l’ONL. Un spectacle vraiment pour tous, à ne pas manquer !

Amadeus – Jeudi 7 et vendredi 8 juin à 20h + samedi 9 à 18h à l’Auditorium de Lyon

à lire également
Paul Agnew et Les Arts Florissants © Bertrand Pichene
Comme chaque année, le festival d’Ambronay prend en charge la transition entre l’été des festivals et la rentrée des saisons classique et baroque. Un rendez-vous placé cette année sous le signe du cosmos…
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut