Christine Albanel : " Mon destin n'est pas dans mes mains "

La ministre de la Culture, Christine Albanel, a rejoint ce matin Gérard Collomb dans les musées Gadagne, pour une visite guidée de la collection enfin visible après dix ans de travaux des bâtiments classés, désormais flambant neufs.

Particulièrement exposée depuis quelques semaines pour son projet de loi Hadopi, retoqué en partie cette semaine par le Conseil Constitutionnel, Christine Albanel n'a pas échappé aux questions sur ce revers. Pour elle, pas d'échec. La ministre a préféré minimiser la partie brocardée par le Conseil, celle de la sanction pénale des Internautes. Les Sages ont en effet été particulièrement vifs sur la proposition de couper l'accès à Internet, dont il est désormais acquis qu'il représente une liberté et un droit fondamental.

Des avertissements à l'automne

La ministre a assuré que la Haute Autorité serait malgré tout mise en place avant l'été, sans sa dimension punitive, et que les premiers mails d'avertissements et les lettres recommandées seraient envoyées aux téléchargeurs abusifs dès l'automne prochain. La gestion chaotique de ce dossier Hadopi place ainsi les projecteurs sur la ministre à quelques jours du prochain remaniement ministériel prévu par Nicolas Sarkozy. Interrogée sur son éventuel départ du gouvernement, Christine Albanel ne s'est pas montrée spécialement inquiète. " Mon destin n'est pas dans mes mains ", a-t-elle déclarée à Lyon Capitale, " très fière " quoiqu'il advienne " d'avoir assuré (ses) fonctions ".

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut