nuits sonores

Chacun sa Nuit

nuits sonores ()

Cette année, débroussailler la foisonnante programmation des Nuits Sonores n’est pas une mince affaire. Lyon Capitale a donc demandé à quelques “cultureux” lyonnais de livrer une sélection de leurs incontournables pour l’édition 2011. Entre passionnés et semi-réfractaires, un guide de particulier à particulier d’où il ressort que le rock recueille plus de suffrages que l’électro.

nuits sonores ()

- Cyrille Bonin directeur du Transbordeur possédé par l’esprit de Philippe Manœuvre

“Je ne raterais pour rien au monde tout le bazar du samedi soir au Marché Gare : le top du dubstep, musique parfaite pour un type comme moi, quasi-vieillard blasé qui aime encore se croire dans le coup (Mount Kimbie, Joy Orbison, Shackelton), les Nomads (qui me rappelleront ma jeunesse définitivement perdue, celle du garage rock un peu bourrin, du cuir et de la sueur), Man or Astroman ? et Tortoise (que je n’ai jamais vus sur scène et qui satisfont mes dimanches matin en famille où je me demande éternellement quel disque snob je pourrais bien écouter), Bot’ox et Discodéine (du rock électronique à l’élégance toute parisienne, pratiqué par des esthètes érudits et discrets avec lesquels j’aime bien par exemple échanger des mails), et le Gaslamp Killer, jeune freak qui sait jouer avec ses beats.”

- Aurélie Montagnon administratrice de Tagada Tsoin Tsoin, antenne Rhône-Alpes du Printemps de Bourges, spécialisée dans la découverte

“On peut apprécier les Nuits Sonores sans connaître (ni même aimer ?) vraiment la musique électro. La preuve, cette année, lors de la Nuit 1, qui réunira un panel étonnant et grandiose de la scène rock indépendante avec les jeunes maîtres du math-rock Battles, qui méritent à eux seuls de se déplacer jusqu’aux hangars du Marché Gare. D’autres groupes historiques, ou en devenir, sont incontournables, tels The Sonics (un peu de nostalgie rock garage), The 5.6.7.8’s pour l’ensemble de leur carrière, et pas seulement leur tube kill-billien Woo Hoo, les mystérieux Blank Dogs et la découverte hip-hop 2011 du Printemps de Bourges, Fowatile.”

nuits sonores ()

- Fabien Hyvernaud programmateur du Ninkasi, en quête perpétuelle du meilleur groupe du monde

“Me concernant, je suis plus qu’emballé à l’idée de revoir les Man or Astroman ? N’étant pourtant pas du tout un fan de surf music, ce groupe me fait vraiment vibrer les esgourdes car ils ont vraiment des tubes en puissance. Surtout que je pensais qu’ils étaient tombés dans un trou noir.”

- Marion Bornaz programmatrice et administratrice du très bruyant Clacson d’Oullins

“Le retour tant attendu des Man or Astroman ? On aime le croisement parfaitement maîtrisé de la surf music, de la noise et du garage, les combinaisons de couleurs, l’humour décalé à la Devo, l’imagerie sixties. Passion !”

- Sophie Broyer directrice et programmatrice de l’Épicerie Moderne

“Une très belle édition des Nuits Sonores, avec quelques vieux coups de cœur comme Tortoise, The Young Gods, Gonzales… et une curiosité bien aiguisée pour les musiciennes aux pieds nus des 5.6.7.8’s, des folies de Man or Astroman ? Si j’ajoute à cela l’efficacité suprême de Battles, on a effectivement de quoi passer un très bon festival. Et les groupes électro ? Euh… je ne sais pas, moi j’écoute du rock !”

- Joseph Merrick musicien ardéchois amateur de musique et de vin, auteur de Cirkus, Cirkus (Freaky Chic Records)

“J’échangerais volontiers une caisse de la cuvée des Mariniers de la coopérative de Saint-Désirat contre le concert de Battles. Idem pour la Nuit 3, scène 1, verset 4 : pour Matthew Dear et Agoria, mais surtout pour copiner avec ce mystérieux Arandel (avec qui j’ai parfois le bonheur de donner du trombone à Paris). Évidemment, la raison principale de l’échange d’une caisse de bon vin sera la présence de Caribou ! J’ai eu la chance de les voir au Point FMR [salle parisienne, NdlR] il y a un an et c’était magique ! Ils arrivent – je ne sais pas comment – à donner vie sur scène aux chansons d’albums très différents d’une manière hyper pop-ogène !”

nuits sonores ()

- Jean-Sébastien Nouveau homme à tout faire des groupes Les Marquises, Immune, Colo Colo et Recorded Home. Auteur avec Lost Lost Lost

“Question enthousiasme et fougue, je ne suis peut-être pas au niveau. J’aimerais bien voir Tortoise et Mono. Non pas que je sois un grand fan de ces groupes, mais je serais curieux de voir ce que ça donne sur scène. Surtout Tortoise. Je me dis qu’il y a moyen que ça soit vraiment intéressant, différent, et peut-être plus généreux, chaleureux que sur disque. De même pour Pan Pan Pan, que je n’ai toujours pas vu. Et, d’après ce que j’ai vu en vidéo, ça a l’air super envoûtant sur scène !”

- Romain Monnery écrivain non dansant (ou alors comme un héron), auteur de Libre, seul et assoupi (éditions Au Diable Vauvert)

“Je serais bien venu voir Joy Orbison, mais j’ai réalisé que je confondais avec Roy Orbison et qu’il était mort. Du coup, les Nuits Sonores se feront depuis mon lit, où personne ne daignera comparer mes mouvements de danse avec ceux d’un héron. Plus sérieusement, je connais pas la moitié des noms. Et ceux que je connais, je préférerais les oublier. Je crois que l’électro m’ennuie.”

-------------------------------------------------------------------------------

nuits sonores ()

Top 5 des attractions des Nuits Sonores 2011 au nombre de citations

1. Tortoise

Nuit 2, scène 2, marché gare, 23h30-0h15 (photo ci-dessus)

2. Man or Astroman ?

annulé

nuits sonores ()

3. Joy Orbison

Nuit 4, scène 3, marché gare, 1h30-3h (photo ci-contre)

4. Battles

Nuit 1, scène 1, marché gare, 1h-2h

Mercredi 1er juin, inauguration à la piscine du Rhône, 19h30-21h30

5. The 5.6.7.8’s

Nuit 1, scène 2, marché gare, 23h30-0h15

Retrouver toute la programmation

à lire également
Dans la nuit de mercredi à jeudi, Lyon a perdu l'un de ses plus anciens bouquiniste et puits de culture musicale. Emporté à 64 ans, Serge Boissat n'a jamais cessé de diffuser sa passion pour le rock au sens large et pour la bande dessinée. Son ami et fondateur de la radio libre "Radio Bellevue" en 1981, le réalisateur Jean-Claude Chuzeville, lui rend hommage.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut