Brad Mehldau © David Bazemore
Brad Mehldau © David Bazemore

Brad Mehldau en concerto mais toujours libre à l’Auditorium de Lyon

Récital – Le pianiste de jazz Brad Mehldau vient à l’Auditorium rendre un hommage aux plus grands compositeurs classiques, mais en toute liberté.

Pianiste improvisateur et compositeur catégorisé “jazz”, Brad Mehldau n’est pas le premier du genre à flirter allègrement avec la musique classique. Nombre avant lui (Chick Corea, Keith Jarrett…) avaient établi des ponts entre deux musiques savantes qui se croisent et s’influencent l’une l’autre tout au long du XXe siècle (et après).

Le pianiste s’était déjà illustré par son éclectisme tout terrain, n’hésitant pas à interpréter Cole Porter, les Beatles ou Radiohead à la manière de standards de jazz. Mais le classique est également omniprésent, comme en atteste Three pieces after Bach, son récent opus solo, où l’Américain rend hommage au maître du contrepoint sur un mode très libre qui peut évoquer en filigrane l’œuvre pianistique d’un Debussy, Ravel ou même Messiaen… Dans le même temps (2018), Mehldau achevait l’écriture d’un concerto pour piano et orchestre faisant suite à une première pièce concertante en forme de thème et variations, Variations on a melancholy theme (2013).

C’est en compagnie de l’Orchestre national de Lyon, dirigé par Clark Rundell, que le pianiste nous fera goûter ce mardi à ce nouvel essai pour piano et orchestre, assurant bien entendu le rôle du soliste et agrémentant le programme d’improvisations en solo. Un rendez-vous à la croisée des genres, par l’un des grands interprètes d’aujourd’hui.

Brad Mehldau / Concerto pour piano et orchestre – Mardi 26 mars à 20h à l’Auditorium de Lyon


[Article publié dans Lyon Capitale n° 786 – Mars 2019]

à lire également
Le grand orgue Cavaillé-Coll de l’Auditorium de Lyon © David Duchon-Doris
Très à l’honneur ce mois de juin, le grand orgue de l’Auditorium exhibera ramage et plumage à l’occasion de plusieurs concerts, notamment pour le jeune public, et du concours international Olivier Messiaen.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut