Albert Dupontel est "Le Vilain" et ça lui va bien

Le Vilain est un braqueur de banques en série qui est amené à passer par hasard devant sa maison d'enfance. Cela fait vingt ans qu'il n'a pas vu sa mère. L'heure de la rédemption du vilain garçon a sonné.

Catherine Frot est Maniette, une vieille femme bigote et dévouée. Elle retrouve son fils après une longue période d'absence et découvre que celui-ci n'est pas vraiment l'enfant qu'elle pensait. Outre les braquages à son actif, il lui a caché les vols, agressions enfantines et chantages qu'il a commis pendant son enfance. Elle décide de lui donner une leçon en convoquant à son chevet tous ceux à qui il a fait du mal. Drôle et grinçant à la fois.

Passez votre chemin si vous êtes à la recherche du conformisme incolore du cinéma ordinaire. Albert Dupontel s'est auto-écrit un rôle de garnement sadique en clin d'oeil à celui de Bernie. Coup de coeur pour la Maniette grimée de Catherine Frot qui semble signer une de ses meilleurs prestations. Autour du duo tragi-comique de la mère et du fils, des seconds rôles gravitent riches en énergie et en interprétation décalées. Le médecin alcoolique, la tortue rancunière, chacun d'eux pourrait être le sujet d'un film. Entre péripéties "à la minute" et seconds rôle envahissants, dommage que le spectateur ne sache parfois plus où donner de la tête.

Entretien avec Albert Dupontel

Lyon Capitale : Comme dans vos précédents films, la fable n'est jamais loin, même quand il s'agit de rédemption...

Albert Dupontel : Au départ, c'est vrai que l'idée était de tenir un propos grave et sérieux sur la rédemption, mais bon, il a dû se passer quelque chose... Les mobiles des personnages sont fondés mais la façon dont ils s'expriment est un peu excessive j'en conviens. Mais c'est une fable férocement incarnée.

Pourquoi faire intervenir une tortue, Pénélope, dans l'histoire ?

C'est le premier personnage secondaire du film auquel j'ai pensé ! Je cherchais un animal domestique qui aurait survécu à la jeunesse du Vilain et qui soit, lui aussi, ivre de vengeance... Je tiens à dire qu'elle a tout fait elle même alors qu'on avait prévu des maquettes animées.

Dans beaucoup de vos films, le rapport parents/enfants est central...
On est pas les enfants que nos parents croient et nos parents ne sont pas ceux que l'on imagine... C'est de ce quiproquo que naît l'amour que l'on appelle filial.

Une idée pour le prochain film ?

Je suis dessus depuis quelques mois. Ce sera une histoire d'amour très improbable. mais ne le sont-elles pas toutes ?

Date de sortie : 25 novembre 2009

Réalisé par Albert Dupontel

Avec Albert Dupontel, Catherine Frot, Nicolas Marié, Bouli Lanners...

Long métrage français

Genre : comédie

Durée : 1h26

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut