Nuits sonores 2018 © Brice Robert
Nuits sonores 2018 © Brice Robert

A Lyon, les Nuits Sonores réveillent les friches de Gerland

Le festival de musique électro pulse encore cette année les rythmes des artistes les plus pointus de la scène électro, mais pas seulement.

Comme un air de rave party des années 90... En bien plus propret. Alors que les plus anciens se rappelleront des scènes disposées dans les hangars éventrés de l'ancien Marchés gare à la pointe de la Presqu'île, il y a quelques années, c'est dans le quartier de Gerland, riche en la matière que les Nuits Sonores font revivre les friches industrielles désormais. Au coeur des anciennes usines Fagor-Brandt de l'avenue Challemel-Lacour, dans le 7e arrondissement précisément.

Là, se déhanche la jeunesse lyonnaise, et celle venue de plus loin, au rythme des sons électro en vogue. Avec le passage obligé du parrain du festival, Laurent Garnier, ce vendredi soir, pour un set de deux heures, que le doyen de la french touch, a tendance à prolonger. Avant le passage de Charlotte Gainsbourg demain. Mais au-delà des têtes d'affiches, les Nuits Sonores, sont une bonne occasion de découvrir de nombreux artistes moins cotés, grâce à une programmation très pointue, et des concerts gratuits toute la journée.

Retrouvez le programme complet ici

à lire également
Le département du Rhône est dans le vert. Les parcs et jardins peuvent ouvrir à nouveau. Mais ils ne vont pas forcément tous ouvrir tout de suite. C'est la collectivité qui gère chaque parc qui décide. Ainsi, le parc de la Tête d'Or, à Lyon, par exemple, devrait rester fermer lundi. Explications.
Faire défiler vers le haut