L'Amant Olivier Maurin
Clémentine Allain et Arthur Fourcade dans L’Amant.

Théâtre : L’Amant, si bien aimé

Olivier Maurin retrouve la scène oullinoise avec sa remarquable mise en scène de la pièce de Pinter, présentée la saison dernière au théâtre des Clochards-Célestes.

Dans L’Amant, Harold Pinter se joue de la situation classique que la pièce décrit d’emblée, soit une femme qui rejoint son mari le soir après l’avoir trompé l’après-midi. Sauf que ce n’est pas du Feydeau : le cocu est au courant de la situation et semble même y trouver une sorte de plaisir subtil. Jusqu’à ce que la jalousie, d’abord rejetée comme un vil sentiment, ne pointe son nez.

Les dialogues de Pinter sont à fleurets mouchetés, entrecoupés de silences évocateurs. Ils sont magnifiquement servis par Clémentine Allain (l’épouse) et Arthur Fourcade (le mari).

L’Amant – Du mardi 4 au samedi 8 novembre à 20h, au théâtre de la Renaissance, Oullins.
Faire défiler vers le haut