Nicolas de Crécy, Lyonnais nommé au grand prix d’Angoulême

Parmi les 30 auteurs nommés pour la plus importante récompense du Festival : ce Lyonnais de 49 ans vivant à Paris et qui vient de sortir une nouvelle BD, publiée en France et au Japon.

À Lyon, le dessinateur est à l'origine de la fresque murale sur le thème de la Tour de Babel au croisement du boulevard des États-Unis et de l'avenue Berthelot. Révélé en 1991 par Foligatto, il a déjà été récompensé à Angoulême en 1998 avec Léon la Came. Plus récemment, il a était fait Grand Boum du festival de Blois en hommage à l'ensemble de son œuvre.

Une nouvelle BD publiée au Japon

En 2011, peu après la sortie de son recueil de croquis 500 dessins, il évoquait sa retraite du monde de la BD en décrivant une peur de la répétition. Un mal qui semble lui être passé en 2015 avec La République du Catch. Une bande dessinée dite “manga” car publiée mensuellement dans une revue nippone (Ultra Jump). Si des touches culturelles japonaises sont présentes dans l'œuvre, la BD se lit bien de gauche à droite – contrairement au sens de lecture oriental.

Un 1er tour en pleine polémique

Justement, l'année dernière le grand prix du Festival avait été remis à un japonais. Katsuhiro Otomo, premier auteur nippon à recevoir cette récompense qui est la plus prestigieuse de l'évènement. Si la 43e édition du Festival de BD d'Angoulême aura lieu du 28 au 31 janvier, l'heure est déjà à l'élection du grand prix de 2016. Le premier tour a débuté le 5 janvier et se terminera le 13 janvier.
Mais la liste des nommés pour le Grand Prix est au cœur d'une polémique : les 30 auteurs sont tous des hommes. Le Festival a été accusé de “sexisme” et certains auteurs se sont retirés pour souligner cette “inégalité”. L'organisation s'est défendue en évoquant historiquement le nombre réduit de femmes dans la BD... mais a accepté d'ajouter des auteures à sa liste.

à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut