John Adams
© Margaretta Mitchell

Lyon : journée spéciale John Adams samedi à l’Auditorium

L’Auditorium consacre le compositeur américain John Adams à l’occasion de son anniversaire. Début des festivités à 15h.

Ce samedi, l’Auditorium nous convie à un goûter d’anniversaire, celui du compositeur John Adams, qui fête ses 70 printemps cette année. Né en 1947 et toujours en activité, il appartient donc à la catégorie parfois effrayante pour le spectateur des “compositeurs contemporains”. Sauf que John Adams, contrairement à d’autres, ne ferait pas peur à une mouche.

Mini mini mini

Rendu célèbre en 1987 par sa première œuvre majeure, l’opéra Nixon in China et sa thématique originale (la visite de Richard Nixon en Chine en 1972, lors de laquelle il rencontra Mao Zedong et d’autres officiels chinois), Adams appartient au courant musical appelé “minimalisme” : une mouvance apparue aux États-Unis dans les années 1960, qui s’affranchit du sérialisme et revint, dans une attitude post-moderne, à la tonalité, la pulsation, offrant alors des ponts avec le jazz, le rock, les musiques électroniques. Mais laissons Adams s’exprimer : “Le minimalisme musical possède une pulsation palpable et singulière ; c’est une musique tonale, où l’harmonie change généralement lentement, qui joue sur la répétition de cellules ou de blocs fondamentaux. Le terme “minimalisme” est très pratique. Je l’utilise toujours, mais je ne suis pas pour autant un compositeur minimaliste. Je ne suis aucun précepte.”

Secouage de boucles

Composée en 1978 et devenue une œuvre essentielle du minimalisme, Shaker Loops est un bon exemple du genre. Ici l’orchestre à cordes dévoile des harmonies suggérées en superposant de courtes sections répétitives très rythmiques qui créent un continuum évolutif envoûtant. Au programme de cette journée Adams, quatre autres pièces soigneusement choisies, l’ensemble présentant un excellent panorama de l’univers musical du compositeur. Étrange mais notable, l’Auditorium a choisi d’ajouter au second programme Adams le concerto pour violon en majeur de Tchaïkovski, pour lequel le chef Leonard Slatkin s’adjoindra les services de la superstar du violon Hilary Hahn. Si l’on s’interroge sur un quelconque fil conducteur entre l’œuvre d’Adams et l’héroïque concerto, on espère que l’effet cumulé rencontrera l’adhésion d’un public traditionnel davantage enclin, alors, à oser le détour.

Happy (Birth)day John Adams ! Ce samedi 29 avril, à l’Auditorium de Lyon.
Concerts à 15h et 18h, conférence à 16h30, rencontre avec John Adams à 17h15, entretien de Leonard Slatkin avec John Adams à 20h.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut