Florence Verney-Carron
©Tim Douet

Les scènes régionales “mal à l’aise” après un édito de Wauquiez

Dans un mail adressé aux établissements culturels labellisés “scène régionale Auvergne-Rhône-Alpes”, le conseil régional a demandé d’insérer un long édito de Laurent Wauquiez accompagné d’une photo. Une demande qui a mis “mal à l’aise” les acteurs culturels dont la région n’est pas le principal financeur.

Le 15 février, la direction de la culture et du patrimoine du conseil régional a envoyé un courriel aux établissements culturels labellisés “scène régionale”, les invitant à insérer un édito de Laurent Wauquiez avec une photo de lui dans le programme des prochaines saisons. La demande a du mal à passer dans certains établissements. “Ça me fout mal à l'aise parce que c'est archi-politique comme éditorial", commente un directeur de salle de la région qui a préféré rester anonyme.

“En termes de communication, il peut tout demander”

Comme lui, d'autres confrères ne savent pas trop comment faire part de leur mécontentement à la Région puisque la convention signée les oblige à faire la promotion des différents partenaires. "Les conventions sont hyper floues. Mais, comme elles valent contrat, juridiquement en termes de communication il peut tout demander", a commenté l'opposition Socialiste & Démocrate. À la tête d'une salle qui avait fait le choix de ne pas mettre d'éditorial dans ses programmes, un des directeurs d'établissement avait déjà été obligé de changer ses habitudes l'an passé : "Ce n'est pas un sujet polémique, mais ça nous inquiète. On va essayer de l'exprimer, mais je ne sais pas bien quel choix on a. Il est bien évidemment essentiel pour nous de citer nos subventionneurs, qui nous permettent d'exister. L'an passé, il y avait un petit mot de Laurent Wauquiez que l’on avait inséré. Mais on avait dû demander aux autres financeurs d'en faire autant. Mais cette année, l'édito de la Région est beaucoup plus long et personnalisé, avec une photo, alors que le conseil régional n'est pas du tout notre principal financeur."

“Pas de surenchère du nombre de lignes”

Une rencontre a eu lieu la semaine dernière entre Frédéric Tovany, directeur du Château-Rouge, à Annemasse, et président du Groupe des 20 qui réunit les établissements de spectacle vivant de la région présents dans les petites villes et les périphéries, et Florence Verney-Carron, la vice-présidente à la culture du conseil régional. Selon nos informations, la rencontre se serait bien passée et Mme Verney-Carron aurait annoncé qu’"elle demanderait au service communication pour qu'il n'y ait pas de portrait". "Dans le Groupe des 20, aucun théâtre ne laisse un espace pour un portrait ou une photo. J'ai reçu pas mal de protestations par mail", nous a confié Frédéric Tovany. Une réunion devrait avoir lieu en mars entre les membres du groupe. "Je ne souhaite pas être dans une surenchère du nombre de lignes entre les différents financeurs. Il n'y a pas de raison de faire deux pages d'éditos aujourd'hui si on ne consacrait qu'un tiers de page hier", a ajouté le directeur de théâtre.

“Quand on sait combien il a flingué le milieu culturel !”

L'opposition RCES au conseil régional a dénoncé "une nouvelle wauquiézerie" : "C'est du jamais vu. C'est une dérive à mi-chemin entre le culte de la personnalité et l’instrumentalisation de la culture. Pas sûr que les directeurs des structures aient apprécié, d’ailleurs." "Quand on sait combien il a flingué le milieu culturel et qu'il se donne le droit de dire qu'il œuvre pour le milieu culturel de la Région, c'est un scandale", dénoncent de leur côté les Socialistes & Démocrates. Jean-Jack Queyranne, l'ancien président du conseil régional, a lui estimé qu'il s'agissait "d'une immixtion dans la liberté artistique par de la propagande".

à lire également
bouchons
Interpellée ce vendredi au sujet du projet de l’A45 entre Lyon et Saint-Etienne, Élisabeth Borne, la ministre des Transports, a assuré que “toutes les solutions sont étudiées” au gouvernement. Sans toutefois évoquer d’alternative… 
1 commentaire
  1. Abolition_de_la_monnaie - 28 février 2018

    Ce cirque n'existe qu'à cause de l'utilisation de la monnaie. Cette utilisation corrompt tout : politique, culture... Réfléchissons à la suite.

  2. FEFI - 1 mars 2018

    ajouter en PS la référence à sa mise en scène à l'EM

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut