Le vœu des échevins : une tradition renouée sous Vichy

Lyon est une terre de traditions tenaces, qui parfois mettent un coup de canif dans la loi de séparation des Églises et de l’État. Le 8 septembre de chaque année, le pouvoir municipal remet une offrande symbolique à la Vierge Marie.

Les vœux formulés pour demander protection à Notre-Dame de Fourvière sont une vieille tradition lyonnaise. Le 12 mars 1643, le prévôt des marchands (ancêtre de la fonction de maire) et quatre échevins demandent à la Vierge Marie de protéger la ville d’une épidémie de peste (il s’agissait en fait du scorbut). Ils promettent en échange de faire construire deux statues de la Vierge et de renouveler ces vœux chaque année, le 8 septembre, jour de la Nativité de la Vierge.

Une tradition qui disparaît sous la Révolution

Lyon est épargné par l’épidémie – en grande partie grâce aux progrès en matière d’hygiène dans la ville. Les échevins respectent leur promesse et renouvellent leurs vœux. La tradition parvient à traverser les âges jusqu’à la Révolution, où elle disparaît logiquement.

En 1848, le cardinal de Bonald rétablit la cérémonie, mais l’église Notre-Dame-de-Fourvière a vieilli, il faut refaire la toiture. Les autorités ecclésiastiques profitent de l’opportunité d’une rénovation pour commander une statue de la Saint-Vierge qui sera placée au sommet de l’édifice. L’inauguration est prévue le 8 septembre 1852 pour correspondre à la commémoration des vœux. La nature en décide autrement : une inondation détruit l’atelier du sculpteur et la fête est déplacée au 8 décembre de la même année. Lyon vient d’inventer une nouvelle fête pour la fin de l’année : les Lumières.

Le maire revient sous l’occupation allemande

Par la suite, la cérémonie du 8 septembre reste la même, mais le pouvoir municipal, quand il existe, n’y participe plus. Un délégué d’une paroisse remet l’écu d’or à sa place. Durant la Première Guerre mondiale, les politiques font leur retour, mais ne portent pas la pièce. Il faudra attendre le tricentenaire et le régime de Vichy pour voir réapparaître cette tradition. En 1943, sous l’occupation allemande, le maire, Georges Villiers, remet de nouveau l’écu.

Après guerre, il est impensable qu’un homme politique perpétue ce que représente cette cérémonie. Édouard Herriot refuse de se plier à une tradition très éloignée de son idée de séparation des Églises et de l’État. Un adjoint remet l’écu en 1945, mais rien de très officiel. Par la suite, Herriot enverra son premier adjoint, sans jamais se plier lui-même à la chose.

En 1970, le maire Louis Pradel vient en personne, tout comme Francisque Collomb en 1977, Michel Noir, Raymond Barre, puis Gérard Collomb. Durant quelques heures, le pouvoir temporel se soumet au spirituel. Telle est la tradition lyonnaise.

Lire aussi :

Vœu des échevins : un incontournable pour les politiques

à lire également
Dès la fin du XIXe siècle, Lyon est l’une des plaques tournantes de l’anarchisme en France. À la veille de la Première Guerre mondiale, la bande à Bonnot terrorise le pays. Tout a débuté route de Vienne.
15 commentaires
  1. Jean Jaurès - 7 septembre 2014

    'L'Etat chez lui et l'église chez elle', j'ai dit cela il y a bien longtemps... Au nom de l'unité, de 'l'humanité qui a trop souffert et qui a droit au bonheur'... En ces temps où les éclats barbares de la religion nous rappelle qu'il faut maintenir l'irrationalité à distance, il est malsain de rejouer une partition relancée par le régime collaborationniste nazi de Vichy...

  2. kaoetic - 7 septembre 2014

    Les élus lyonnais portent une grave responsabilité dans la ré-introduction du religieux dans la vie de la cité. Les événements récents en France et dans le monde révèlent à quel point il faut veiller au respect de la laïcité . C'est la paix civile qui est en jeu. L'histoire condamnera sévèrement ces élus qui auront trahi le pacte républicain ...

  3. Jean-Marc Chaffringeon - 7 septembre 2014

    Bravo Jean Jaurès! Je me permets de vous corriger: 'L'Etat chez lui, l'Eglise chez elle', c'est le grand 'laïcard' (et profondément chrétien) Victor Hugo qui l'a proclamé à la tribune de l'Assemblée Nationale. Mais quand les grands esprits se rencontrent...

  4. Robes Pierre - 8 septembre 2014

    l'état sous le régime de Vichy une négation des droits de l'homme avec le soutien des prélats qui voyaient ainsi se lever une barrière face aux rouges de 1936 , il serait temps que les religieux rentrent dans leurs églises, religieux de tout bord, chrétiens, musulmans et autres pourvoyeurs de conflits qui n'ont plus de sens aujourd'hui

  5. stivostine69 - 8 septembre 2014

    Article totalement à Charges, utilisant des méthodes 'faciles' issus de l'argumentation ad-hitlerum (mettre dans le titre Vichy c'est juste lamentable).On remarquera que l'auteur est bcp plus sympa avec l'islam quand il ecrit des articles sur le halal qui paraissent aussi sur le site de rue89, article d'ailleurs truffé de contre-vérité.

  6. kaoetic - 8 septembre 2014

    Chaffringeon : Victor Hugo n'était pas profondément chrétien il était anti-clérical (relisez son discours lors du débat sur la loi Falloux) et plutôt déiste !Votre éducation républicaine présente de grosses lacunes comme la plupart de nos élus . On en mesure les conséquences aujourd'hui ...

  7. kaoetic - 8 septembre 2014

    Stivostine69 comme les inquisiteurs vous attaquez la personne et non les faits décrits. Cet article ,pour ceux qui connaissent ce sujet, est parfaitement équilibre. Si la vérité vous déplaît c'est bien la votre côté inquisiteur : au bûcher ceux qui ont le courage de la dire! L'ignorance est tellement plus confortable ...

  8. stivostine69 - 8 septembre 2014

    @kaotic : equilibré alors que dans le titre on parle de Vichy ?? de bonne fois quand on me traite d'ignorant comme vous faites ?Imaginez que je fasse comme vous et comme l'auteur de l'article, c'est a dire que je vous associe des la premiere phrase a Pétain ou Hitler, et que dans la 2eme je vous traite d'imbecile ?De plus, logiquement parlant, c'est assez marrant que vous m'accusiez de ne pas parler des faits (je parle du titre de l'article, c'est factuel), c'est truculent !!

  9. kaoetic - 8 septembre 2014

    stivostine69 Est-il faux d'écrire que cette tradition a été renouée sous Vichy ? Vous auriez préféré 'une tradition qui disparait sous la révolution'? Encore une fois vous niez la réalité des faits en esquivant sur le titre!Oui c'est une cérémonie qui ne concerne que les catholiques.Il ne vous a pas échappé que nous sommes dans une République laïque et que Lyon n'appartient pas à l'église catholique!? La confusion du religieux et du politique est liberticide et mortifère...

  10. stivostine69 - 8 septembre 2014

    Ce n'est pas faux d'écrire que c'est sous Vichy que la tradition a été renoué, mais de nombreuses décisions prisent sous le régime de vichy perdurent et ne sont pas négatives, telles le sport au Bac, le SMIC, les comités d'entreprise. Loin de moi l'idée de défendre le régime de vichy, c'est factuel.L'auteur de l'article daube sur les catholiques et caline les musulmans par ailleurs sur le halal : cela choque le vrai laïc que je suis, et qui en a marre de voir une sorte de 2 poids deux mesures.

  11. kaoetic - 8 septembre 2014

    Stivostine69 si l'on doit faire le bilan du régime de vichy j'espère que vous conviendrez qu'il a été catastrophique pour notre pays alors bien sur on peut toujours trouver du 'positif'...Maintenant vous semblez avoir des griefs à l'égard de ce journaliste sur le 2 poids 2mesures. Ne le connaissant pas je ne prendrai pas position. Par contre comme vous je suis attaché à la laïcité et nous devons nous opposer à tous les clericalismes!

  12. Florent Deligia - 8 septembre 2014

    Bonjour,Stivostine69, l’article sur le halal que j’ai écrit en dont vous faites mention ne parle pas d’une quelconque soumission du pouvoir temporel face au spirituel. Lyon a toujours été une ville particulière. Fourvière surplombe la statue de Louis qui regarde vers l’hôtel de ville. Quant à Marianne, elle est délaissée place Carnot.Dans l'article ci-dessus, tout n’est que faits historiques. La fonction de maire de Lyon est apparue de manière très tardive. La présence de l’édile en 1943 est d’autant plus symbolique, car il s'agit d'une première depuis 1905. Si le vœu des échevins avait été formulé dans le temple d’une autre religion, l’article serait rigoureusement identique.Merci de votre intérêt.

  13. stivostine69 - 8 septembre 2014

    En choisissant d'user de la référence a Vichy dans le titre, vous interdisez tout débat serein, c'est dommage.Concernant l'article sur le halal, c'est bien le reproche que je ferais, vous ne faites pas part de la soumission des hommes politiques actuels à cette dime religieuse dont l'importance économique est de l'ordre du milliard d'euros en 2014 contre peut etre 50 millions d'euros en 2000 ... et je passe sur les erreurs de l'article comme sur l'etourdissement et la filiere viande.

  14. kaoetic - 8 septembre 2014

    Stivostine69 votre fixation sur Vichy commence à décrédibiliser votre propos. Ne seriez vous pas du Fhaine ? Encore une fois il est tout à fait cohérent d'écrire que cette pratique obscurantisme, qui a encore eu lieu ce soir , a repris sous Vichy! Vous semblez instrumentaliser la laïcité et lui faire perdre son sens réel. Que pensez vous de la déclaration de Barbarin insultant le Parlement en déclarant qu'il 'n'était pas Dieu le père'?

  15. Jean-Marc Chaffringeon - 8 septembre 2014

    Je ne retire rien. Stivostine, vous avez à la fois tort et raison. La poésie de Hugo est inspirée par la sacralité, c'est évident. Il a écrit des mots très doux sur le Livre. Et il a d'ailleurs fait faire à Léopoldine, l'amour et la douleur de sa vie, sa première communion... Et Hugo est aussi un anticlérical forcené quand il dénonce la prétention de la religion à diriger la cité. Son discours contre le financement public de l'école privée est remarquable. Très cohérent, Hugo!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut